Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Les propositions d’EDF à l’Autorité de Sûreté Nucléaire

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

La sureté des centrales nucléairesEDF vient de présenter ses premières propositions à l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) pour renforcer « la sûreté et la maîtrise de son parc de production » après la catastrophe de Fukushima. Après avoir rappelé que le nucléaire est « une école d’humilité et d’exigence » et « qu’il y a eu un avant et il y aura un après Fukushima », Henri Proglio a  souligné les grands principes sur lesquels EDF s’est mobilisé.

Il a ainsi insisté sur le fait que la seule et entière responsabilité des installations appartient à l’exploitant, que la prévention de tout accident grave est essentielle, que celui-ci doit avoir la capacité de maîtriser toute la chaîne : conception, construction, exploitation, y compris déconstruction , et que l’information doit être transparente. Selon son PDG, EDF présente toutes les garanties pour répondre à toutes ces exigences.

Le communiqué d’EDF rappelle donc que :

Le parc nucléaire d’EDF repose sur les principes de l’amélioration continue. Les installations existantes, comme les nouvelles, bénéficient ainsi en permanence du retour d’expérience de toutes les centrales, et tirent les enseignements des accidents qui surviennent dans le monde.

Des audits doivent être rapidement réalisés, pour lesquels EDF souhaite vivement une harmonisation au niveau européen du cahier des charges, sur la base du texte proposé par l’association des principales autorités de sûreté nucléaire européennes. En attendant, EDF propose à l’ASN un programme d’action comportant plusieurs volets :

  • L’évaluation des moyens techniques et humains d’ores et déjà prévus en cas d’accident au meilleur niveau.
  • La création d’une « task force » nationale d’intervention rapide d’EDF, pour renforcer le dispositif de crise, constituée de matériels complémentaires d’apport en électricité et en eau, avec des moyens de transports et humains dédiés, mobilisables dans les 24 à 48 heures, à l’échelle d’un site. Ces dispositions viendront compléter l’organisation de crise du Groupe qui est mobilisée et gréée immédiatement, tant au niveau local qu’au niveau national.
  • Un ré-examen approfondi de la conception des centrales. Il s’agit de s’assurer des marges de sûreté des installations face à des événements tels que les séismes, les inondations, les pertes d’alimentations électriques et de refroidissement. Ces revues engagées d’ici fin 2011 concerneront tant les réacteurs que les piscines de stockage du combustible.

La catastrophe de Fukushima avait poussé les dirigeants européens à décider dès la fin mars de faire tester les 157  réacteurs nucléaires européens et les états membres exigent que les résultats de ces contrôles soient publiés avant la fin de l’année.

Sources : EDF, Euractiv

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.