Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Les terrasses chauffées interdites dans quelques trop rares villes

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Terrasses chaufféesTrès rares encore sont les municipalités qui ont décidé d’interdire les terrasses chauffées sur leur territoire. Malgré leur impact environnemental et le gaspillage d’énergie qu’elles entraînent, peu de choses évoluent. A Paris, les écologistes le demandent une fois de plus, à l’approche de l’hiver. A Rennes, par contre, la municipalité a sauté le pas : elles seront interdites à partir du 1er janvier.

Un gaspillage d’énergie

Dans la grande majorité des villes, les fumeurs pourront donc encore s’installer sur les terrasses chauffées. A Paris, notamment, malgré les demandes des écologistes aucune décision d’interdiction n’a été prise. Il existe bien un règlement des étalages et terrasses. Mais il précise simplement que le mode de chauffage « ne doit pas générer d’émissions de gaz polluants ».

Rien sur le gaspillage d’énergie inutile, à l’heure pourtant où aucune économie d’énergie n’est superflue ! « Chauffer une terrasse, c’est comme si vous chauffiez votre appartement avec les fenêtres ouvertes, ça ne sert pas à grand-chose et ça consomme beaucoup d’énergie pour rien. Il faut savoir qu’une surface de 12 m2 consomme autant qu’une grosse cylindrée qui parcourt 300 km. C’est énorme multiplié par le nombre de terrasses », explique le Maire (écologiste) du 2ème arrondissement de la capitale.

Les terrasses chauffées interdites depuis 2012 à Thonon-les-Bains

A Thonon-les-Bains (Haute-Savoie), ville pionnière en la matière, les terrasses chauffées sont interdites depuis février 2012 par un arrêté municipal. Et cela quel que soit leur mode d’alimentation : gaz ou électricité. « C’est pour des questions environnementales », justifiait à l’époque Jean Denais, maire de Thonon. « Cela provoque des émissions à effet de serre. Lorsque ce sujet avait été évoqué en commission, cela avait fait l’unanimité ». Contrairement à la ville voisine, Evian, qui n’interdit pas les terrasses chauffées, mais en bannit exclusivement les appareils à gaz.

En Bretagne, Vannes et Dinard ont déjà imposé la suppression des chauffages d’appoint et barnums hivernaux sur les terrasses. La décision de la municipalité de Rennes, qui vient à son tour d’interdire les terrasses chauffées, entrera en vigueur le 1er janvier.

Les propriétaires de cafés-bars trouvent cette décision « cohérente d’un point de vue écologique », bien qu’ils reconnaissent que les terrasses chauffées attirent la clientèle. Mais, « On sait très bien que l’activité l’hiver est moins forte, ça ne devrait pas changer grand-chose. Ça va peut-être même pousser les clients à l’intérieur », reconnaît un restaurateur de Rennes.

Sources : France TV Info, BFMTV, Le Messager, 20 minutes

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.