Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Levée de boucliers des compagnies aériennes contre l’Union Européenne

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

avionLes compagnies aériennes, par la voix de l’Iata (Association Internationale du Transport Aérien) réunie à Singapour, ont vivement protesté contre le projet de l’Union Européenne de les intégrer dans son programme de permis d’émissions de CO2. L’union Européenne affiche, quant à elle, sa détermination face aux menaces et compte bien les obliger à acheter, au-delà d’un certain seuil, des permis d’émissions.

Les compagnies aériennes chinoises avaient déjà fait part de leur désaccord contre cette mesure qui doit entrer en vigueur dans plusieurs mois. Mais lors de la réunion de l’Iata, elles ont été rejointes par beaucoup d’autres, notamment les compagnies américaines et indiennes, pour des raisons différentes. Les transporteurs aériens pensent en effet que ce dispositif risque d’accroître très sérieusement leurs coûts : les Chinois ont même tablé sur 84 millions d’euros la première année, et le triple en 2020. Ainsi le directeur général de l’Iata Giovanni Bisignani a déclaré :

Elle [l’Union Européenne] ferait bien d’être à l’écoute du nombre croissant de pays qui donnent de la voix pour s’opposer fermement à un dispositif extraterritorial illégal.

Une guerre commerciale, pas question! Des délégués chinois étaient à Bruxelles récemment et beaucoup d’autres pays ont fait part de leurs inquiétudes. Il faut absolument éviter cela parce que le risque de représailles pour l’Europe, qui est en mode de survie, serait fatal.

Pékin, d’après des sources diplomatiques envisagerait même de réagir en prenant des mesures contre les compagnies aériennes européennes et contre l’avionneur Airbus, si l’Union Européenne ne renonçait pas à ce projet. Des compagnies américaines, réunies au sein de l’Air Transport Association, ont, quant à elles, déjà saisi des tribunaux européens et un procès serait instruit à Luxembourg dès le 5 juillet. D’autre part, certaines compagnies de pays émergents, comme l’Inde, refusent totalement cette mesure, l’estimant injuste pour les pays en développement  : « il n’y a pas égalité de traitement ».

Connie Hedegaard, la commissaire européenne au climat, n’entend pas se laisser intimidée et reste ferme dans ses positions face aux menaces :

Lorsque certaines parties commencent à menacer telle ou telle société européenne, l’Europe doit faire preuve d’une grande fermeté à mon avis. Il n’est plus temps de s’emporter sur un texte de loi déjà adopté. Il a été adopté par l’ensemble des 27 pays membres de l’Union européenne, par le Parlement européen et par la Commission européenne.

Mais elle laisse toutefois envisager une solution si les compagnies aériennes, chinoises et autres, prennent de sérieuses mesures pour réduire les émissions de gaz à effet de serre de leurs avions. Le dispositif européen, tel qu’il doit être mis en place, prévoit l’octroi à l’aviation de 213 millions de permis de polluer en 2012, puis 209 millions de 2013 à 2020, dont 82 % octroyés à titre gratuit. Le reste doit être acquis sur le marché.

Source : Agence Reuters

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Dans la même catégorie

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.