Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Linky et son petit frère Gazpar bientôt sujets à appel d’offres

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

gazpar, compteur de gaz communicantC’est la Ministre de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie, Delphine Batho, qui a annoncé le 4 juin un prochain appel d’offres pour le déploiement de Linky (qu’on ne présente plus), lancé d’ici fin juin. La décision concernant le déploiement de Gazpar, le compteur gaz intelligent, interviendra dans le même temps. On ne compte plus les retards sur le programme Linky, et certains points ne sont toujours pas réglés. Qu’en sera-t-il pour Gazpar ?

Si les compteurs communicants, et particulièrement Linky,  sont censés améliorer la maîtrise de l’énergie dans les ménages en leur donnant leur consommation en temps réel, on ne connaît toujours pas la forme que prendra l’accès à ces informations pour le compteur électrique : affichage déporté ou pas ? Les données sont visibles sur le compteur, bien sûr, mais il se trouve parfois (et même souvent) dans des endroits malcommodes, ne facilitant pas sa lecture. Le financement reste aussi dans le flou, et déjà son coût puisque ERDF l’estimait à 4,5 milliards d’euros et EDF, entre 5 et 7 milliards. Les pouvoirs publics ne cessent de répéter que Linky n’aura pas de surcoût pour le consommateur, mais qui paiera alors le déploiement ? En tout cas, dans un premier temps, l’appel d’offres est très attendu par les fabricants (Landys et Gyr, Itron…).

Pour Gazpar qui concernera 11 millions de foyers, on estime à un milliard d’euros le coût du déploiement (dont 50 % pour le matériel, 30 % pour la pose, 15 % pour les systèmes d’information et 5 % pour le pilotage du projet), qui devrait s’achever en 2022, mais on devrait en savoir plus mi-juin, après la délibération de la CRE (Commission de Régulation de l’Energie). Ce compteur gaz communicant a cependant fait couler beaucoup moins d’encre lors de son expérimentation sur 20 000 foyers, dans la plus grande discrétion : sans doute parce qu’il est plus simple et a fait l’objet, avant son déploiement, d’une vaste consultation mais aussi parce que tout a correctement fonctionné. Le cadran n’affiche pas d’autres informations que celles qui existent déjà sur les compteurs actuels, mais des relevés quotidiens apparaîtront sur un site internet.

Ces deux compteurs ont cependant de nombreux avantages pour le fournisseur : ils lui permettent notamment d’intervenir à distance pour mettre la ligne en service ou la suspendre, changer les puissances souscrites, etc. Mais surtout ils permettent une facturation sur relevés de consommation réelle et non plus sur estimations, comme c’est le cas actuellement.

Sources : Euractiv, Le Moniteur, L’Informaticien

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.