Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

L’Observatoire des service publics d’eau et d’assainissement publie son rapport

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Mis en œuvre par l’Office national de l’eau et des milieux aquatiques (Onema), l’Observatoire des services publics d’eau et d’assainissement a présenté fin juillet la seconde édition de son rapport national sur l’organisation et la performance des services publics d’eau et d’assainissement en France (le précédent date de 2009) dont il  donne un éclairage complet : prix de l’eau, kilomètres de réseaux d’eau potable et d’assainissement, consommation d’eau et fuites d’eau dans les réseaux, nombre de services d’eau potable et d’assainissement sur le territoire français. Il utilise pour cela les données des rapports des maires.

Les ménages français consacrent en moyenne 1,23 % de leur budget au poste eau (part calculée sur un volume de 120 m3 par an). Ils en paient en moyenne le mètre cube 3,66 € (part de l’assainissement compris), mais le rapport relève une forte variabilité territoriale. Et chaque personne en consomme 148 litres par jour pour les usages domestiques (lessive, douche, vaisselle, …). Tous usages confondus (domestiques et non-domestiques), la consommation se monte à 172 m3 par abonné et par an. Globalement, les taux de conformité bactériologique et physicochimique sont bons (99,5 % et 98,9 % respectivement pour 2010) : cela confirme, souligne l’Onema, « l’excellente qualité de l’eau potable française » .

Cependant pour un réseau d’eau potable de 1 050 000 km, on évalue à un milliard de mètres cubes les fuites d’eau, ce qui représente 20 % de l’eau traitée et mise en distribution perdus. Le réseau d’assainissement collectif compte, quant à lui, 370 000 km.Eau en France : part consommé sur part produite « Un quart des services doit améliorer son rendement de réseau ; un autre quart devra également améliorer la connaissance patrimoniale de ce dernier, pour répondre aux nouvelles obligations règlementaires applicables dès 2013 » précise l’étude. Mais l’organisation des services publics d’eau potable, d’assainissement collectif et non-collectif est complexe et morcelée : on en compte en effet 34 846 pour 24 033 collectivités : « un millefeuille de compétences » souligne le rapport. Et les services de moins de 1 000 habitants en représentent environ les deux tiers.

L’Observatoire met à disposition des élus locaux ses outils d’aide au pilotage et d’amélioration de la transparence pour les usagers, notamment deux cartes interactives des prix de l’eau et de la disponibilité et de l’ancienneté des données. Il s’adapte de plus en intégrant dans sa base de données de nouveaux indicateurs définis par la réglementation des fuites issue du Grenelle de l’environnement.

Source : Onema

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.