Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Malaisie : stop à l’invasion des déchets plastiques !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

La Malaisie ne veut plus être la poubelle du monde. Elle l’a confirmé il y a quelques jours en retournant à l’envoyeur (ou plutôt aux envoyeurs, dont la France) des tonnes de déchets. Mais sur son sol aussi, ou plutôt sur ses cours d’eau, elle se bat également contre l’invasion des déchets plastiques.

Invasion des déchets plastiques : l'Interceptor

L’Interceptor, pour enrayer l’invasion des déchets plastiques

Aidée par une ONG néerlandaise, The Ocean Cleanup, elle a installé à l’embouchure du fleuve Klang, qui traverse la capitale Kuala Lumpur avant de se jeter dans la mer, une nouvelle arme contre l’invasion des déchets plastiques. Il s’agit d’un bateau de 24 mètres, baptisé « Interceptor ». Il ressemble à une péniche et est équipé d’une barrière courbe qui piège les déchets flottants emportés par le cours d’eau, avant leur arrivée dans l’océan.

Ceux-ci, essentiellement des déchets plastiques, sont dirigés vers une rampe dans la barge, puis passent sur un tapis roulant. Ils sont ainsi menés jusqu’à de grosses bennes à ordures. Selon ses concepteurs, l’Interceptor, entièrement autonome grâce à l’énergie solaire, peut collecter jusqu’à 50 tonnes de déchets par jour.

Des efforts qui commencent à payer

invasion des déchets plastiquesL’ONG néerlandaise collabore pour cette lutte contre l’invasion des déchets plastiques, avec la compagnie locale, Landasan Lumayan, qui nettoie les cours d’eau depuis 2016. Cette dernière constate d’ailleurs que ses efforts commencent à payer : « Le fleuve Klang était comme une décharge flottante », explique Syaiful Azmen Nordin, directeur exécutif de la société malaisienne. « Les bateaux n’arrivaient plus à passer tellement il y avait de plastique ».

Les eaux du fleuve Klang charriaient à elles-seules près de 15 000 tonnes de déchets, principalement plastiques, par an. Ce cours d’eau fait d’ailleurs partie des 50 plus gros contributeurs à l’invasion des déchets plastiques dans les océans. « Certains ne comprennent pas l’impact que peut avoir le fait de jeter des détritus. Ils jettent du plastique dans les rues, qui se retrouve dans les fleuves. Si on change notre comportement, nous pouvons contribuer à rendre les fleuves plus propres », insiste-t-il.

En Malaisie, aux côtés de la barge, sept barrages filtrants ont été installés sur le fleuve Klang. Et ce qu’ils récupèrent, ce sont avant tout des déchets plastiques.

Source : AFP

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.