Blog d’Eco CO2 

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Médiateur de l’énergie : des interventions pour impayé de plus en plus fréquentes.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Les interventions pour impayé ne relèvent pas normalement du Médiateur de l’énergie. Toutefois, celui-ci s’inquiète devant leur nombre croissant et le nombre de consommateurs privés d’énergie à la suite d’un impayé qui se tournent vers ses services. Il fait le point et rappelle des démarches à effectuer dans ce cas.

Interventions pour impayés

Un nombre important d’interventions pour impayé

Le Médiateur de l’énergie craint que le nombre d’interventions pour impayé (coupures d’énergie ou baisse de puissance) ne dépasse en 2019 celui atteint en 2018 : 572 440. En effet, en se fondant sur les données provisoires du premier semestre de l’année, transmises par les fournisseurs, il constate une hausse de 18 % pour l’électricité et de 10 % pour le gaz naturel.

Or, les consommateurs dont la fourniture est suspendue ont de plus en plus tendance à se tourner vers ses services. Cela a entraîné une doublement des sollicitations pour impayés par rapport à la même période l’année dernière : 372 contre 165. Un chiffre relativement peu important, mais symptomatique de l’impasse dans laquelle se trouvent les consommateurs.

Une orientation vers les services compétents

Car ces personnes privées d’énergie présentent de nombreux points communs : factures de régularisation élevées, logements énergivores, accidents de la vie, recours mal connus. Le Médiateur ne peut cependant pas intervenir dans les interventions pour impayé. Ses services les orientent donc simplement vers les acteurs susceptibles de les assister.

Il rappelle enfin à ces consommateurs que la première démarche à effectuer, en cas d’intervention pour impayé, est de contacter le fournisseur afin d’obtenir un échéancier de paiement. Ils doivent ensuite se tourner vers les services sociaux, qui peuvent contacter le correspondant solidarité-précarité du fournisseur et négocier une facilité de paiement, ainsi que les orienter vers les aides existantes (caisses de retraite, CAF, associations caritatives, etc.).

Ces précisions données par le Médiateur de l’énergie, qui appelle à renforcer les mesures contre les passoires énergétiques, interrogent cependant aussi sur l’efficacité du chèque énergie, généralisé depuis plus d’un an. Celui-ci est automatiquement envoyé, sans démarche à réaliser, et doit constituer une aide pour 5,8 millions de ménages. Selon le un rapport sur l’exécution du budget de l’Etat 2018, 25 % des bénéficiaires ne l’ont pas utilisé avant la date limite. Plusieurs motifs sont invoqués : non-réception du chèque,  perte de celui-ci ou encore mauvaise compréhension de son fonctionnement.

Sources : Médiateur de l’énergie, L’internaute

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Dans la même catégorie

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.