Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Mobiles usagés : Orange et Emmaüs s’en occupent

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

recyclage téléphoneNos nombreux téléphones mobiles usagés rejoignent dans le meilleur des cas les tonnes de DEEE qui s’entassent en attendant d’être traités… ou pas. En effet, nous changeons souvent de mobiles et les anciens, qui très souvent fonctionnent encore, ont tendance aussi à finir, oubliés, au fond de nos tiroirs. Pour les récupérer et les recycler, Orange, en partenariat avec Emmaüs International et WWF France, organise une deuxième édition des Journées du recyclage, qui aura lieu cette année du 31 mars au 2 avril.

Les trois partenaires, qui ont constatés que 20 % des mobiles collectés étaient parfaitement en état de marche, mettent à disposition des urnes pour collecter les mobiles de n’importe quelle marque (et de n’importe quel opérateur) dans les 1 200 boutiques Orange,  Mobistore, Photo Service et Photostation, mais aussi dans certains lieux publics. Les  600 principales boutiques iront plus loin avec une sensibilisation des clients à l’importance du recyclage, grâce à des salariés de l’opérateur, et des membres de WWF.

L’objectif est de collecter 100 000 téléphones usagés pendant ces trois jours et d’atteindre le millionième mobile recyclé depuis 2005. Les bénéfices de ces journées sont reversés à Emmaüs International pour son Projet Afrique. Selon Emmaüs, la collecte de 12 000 mobiles permet la création d’un emploi d’insertion en France, et 100 000 mobiles la création d’un atelier et de 5 emplois en Afrique, où la gestion des DEEE manque d’organisation et où les mobiles usagers se retrouvent régulièrement jetés dans la nature.

La précédente campagne de collecte a permis à Emmaüs, par l’intermédiaire des Ateliers du Bocage (ADB) qui recyclent les mobiles usagés, d’ouvrir deux centres de collecte de déchets de mobiles au Burkina Faso et au Bénin, et l’association en crée cette année deux nouveaux, à Madagascar et au Mali. Les recyclages de certains composants qui ne peuvent être traités sur place sont confiés à ADB.

Sources : Orange, le Journal de l’Environnement, Les Ateliers du Bocage

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.