Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

« Nous voulons des coquelicots » ou en finir avec les pesticides

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

CoquelicotsInitié par un journaliste de Charlie Hebdo, spécialiste des questions environnementales, Fabrice Nicolino, le mouvement « Nous voulons des coquelicots » a lancé un appel ouvert à signatures, afin de demander l’interdiction de tous les pesticides. Cet appel lancé il y a peu a réuni très rapidement plus de 20 000 signatures et compte réunir des millions de soutiens sur deux ans.

Le temps de l’action

Après la publication de diverses études sur a disparition progressive des oiseaux et des insectes, Fabrice Nicolino a estimé qu’il était temps d’agir : « j’ai estimé que la situation était devenue trop grave pour qu’on se contente de pseudo-discours« , explique-t-il à l’AFP. Pour lui, « au fond, on est confronté à une sorte d’apocalypse, quelque chose de fulgurant, dévastant les différentes formes de vie« .

A l’occasion d’un numéro spécial de Charlie Hebdo, une quinzaine de membres de la rédaction ont fait analyser quelques cheveux. Le laboratoire y a décelé entre 34 et 50 substances toxiques (sur 140 recherchées) dont le lindane, un insecticide interdit depuis plus de vingt ans (!) et des bisphénols. L’appel débute sur ces mots : « Les pesticides sont des poisons qui détruisent tout ce qui est vivant. Ils sont dans l’eau de pluie, dans la rosée du matin, dans le nectar des fleurs et l’estomac des abeilles, dans le cordon ombilical des nouveau-nés, dans le nid des oiseaux, dans le lait des mères, dans les pommes et les cerises. Les pesticides sont une tragédie pour la santé. Ils provoquent des cancers, des maladies de Parkinson, des troubles psychomoteurs chez les enfants, des infertilités, des malformations à la naissance ».

« Nous ne reconnaissons plus notre pays. La nature y est défigurée. Le tiers des oiseaux ont disparu en quinze ans; la moitié des papillons en vingt ans; les abeilles et les pollinisateurs meurent par milliards; les grenouilles et les sauterelles semblent comme évanouies ; les fleurs sauvages deviennent rares. Ce monde qui s’efface est le nôtre et chaque couleur qui succombe, chaque lumière qui s’éteint est une douleur définitive. Rendez-nous nos coquelicots ! Rendez-nous la beauté du monde ! » explique ensuite le texte de l’appel à signatures.

Nous voulons des coquelicotsUn appel de la société

« L’appel aux coquelicots est d’emblée celui de la société » écrit le journaliste, Président du mouvement, qui précise que le mouvement entend rappeler ce qu’est une « démocratie vivante« . « On ne veut plus des discussions sur la dangerosité des pesticides, ça a épuisé une génération et ça ne sert à rien. Une société démocratique a le droit de dire ce qu’elle veut ou ne veut plus« , ajoute le président de ce « Mouvement des coquelicots » qui conclut « On pense que la société française est capable de se lancer dans cette aventure, pour sortir des pesticides. »

Le mouvement lance une cocarde en forme de coquelicot dont il espère que le port deviendra « viral » à l’image de la main de SOS Racisme, il y a quelques décennies.

Sources : AFP, Nous voulons des coquelicots

 

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.