Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Nucléaire : de bonnes perspectives mondiales, même après Fukushima

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Centrale nucleaireL’Association Nucléaire Mondiale prévoit une augmentation de capacité de production d’électricité nucléaire de 70 % dans les vingt prochaines années. Même si certains pays ont décidé d’y renoncer (Allemagne, Italie, Suisse) et si d’autres sont devenus assez réticents (Japon), l’avenir s’annonce encore bien pour les installations de centrales.

L’industrie nucléaire est en effet tiré vers l’avant par certains pays qui doivent faire face à un accroissement important de la demande d’électricité et y voient la meilleure possibilité pour satisfaire leurs besoins à court ou moyen terme. L’association table sur une croissance moyenne de la capacité installée de 2,3 % par an, soit 614 GW d’ici 2030, contre 314 GW aujourd’hui. Le Sud-Est de l’Asie verra la plus forte augmentation de la capacité d’électricité nucléaire.

Globalement, si le Japon a renoncé à la construction de nouveaux réacteurs, pourtant prévus, après la catastrophe de Fukushima, une estimation récente des dirigeants d’Areva fait état de seulement 10 % à 15 % de programmes reportés. L’Agence internationale de l’énergie atomique table, quant à elle, sur 90 à 130 nouveaux réacteurs installés d’ici 2030. Ainsi la Chine construit actuellement 26 réacteurs et en a planifié 52 autres, l’Inde en construit 6 et en a planifié 17, la Corée en installe 5 et en prévoit 6 de plus. Mais d’autres régions du monde ne sont pas en reste : 1à réacteurs sont en cours d’installation en Russie, et les autorités en ont déjà programmé 14 de plus, la Pologne table sur 6 supplémentaires elle-aussi. Les Etas-Unis, qui en construisent un actuellement, en ont planifié 7 autres et le Canada a trois chantiers et autant de projets. Bref au total ce ne sont pas moins de 62 réacteurs en chantier et 155 en projet dans le monde entier.

Mais cela va aussi impliquer une hausse de 70 % de la demande d’uranium : de quoi donner du travail à l’Australie, le Canada et le Kazakhstan qui en possèdent les plus grosses réserves. Il s’agit là d’une réserve toutefois limitée et qui ne se renouvellera pas…

Sources : Enerzine, Le Figaro du 19/09/2011 (Le marché mondial des réacteurs en hausse malgré Fukushima)

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Une réponse sur “Nucléaire : de bonnes perspectives mondiales, même après Fukushima”

  1. Certains prennent leurs rêves démodés pour des réalités. Pas du tout certain que les réacteurs annoncés ici ou là soient réalisés. Pour s’en tenir à ceux actuellement en construction, voir ces précisions :
    http://energeia.voila.net/nucle/nucle_service_2015.htm

    On constate que dix de ces réacteurs sont en construction depuis plus de vingt ans.

    Mais un autre paramètre intervient, c’est que le nucléaire est devenu trop cher pour la production d’électricité, non seulement en comparaison avec le charbon et le gaz, mais surtout avec les énergies renouvelables comme l’éolien et le solaire :
    http://energeia.voila.net/nucle/reacteurs_trop_chers.htm

    L’information est peu connue, mais l’électricité future de l’EPR sera au prix de l’électricité éolienne au début, et bien plus chère ensuite (baisse du prix de l’éolien).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.