Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Nucléaire : Nicolas Hulot critique EDF

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Dans un entretien sur France-Info, Nicolas Hulot, Ministre de la Transition Ecologique et Solidaire, et ministre de tutelle d’EDF, a réitéré des critiques déjà portées à l’encontre de la politique nucléaire d’EDF. En pleine réétude de la Programmation Pluriannuelle de l’Energie (PPE), il estime que « Une des raisons pour laquelle EDF se retrouve en difficulté, c’est que, notamment, la filière nucléaire, pardon de le dire, nous emmène dans une dérive ».

Une entreprise trop attachée au nucléaire

Transition énergétiqueEDF doit en effet faire face à une situation financière difficile : un endettement important, des prix de l’électricité relativement bas, les arrêts à répétition depuis plusieurs années de certains réacteurs nucléaires, une hémorragie de clients qui se tournent de plus en plus vers les fournisseurs alternatifs, etc.

En cause, selon le Ministre, le trop grand attachement du groupe au nucléaire, alors que l’énergéticien devrait miser sur les énergies renouvelables : « On voit bien que le coût de l’énergie fabriquée avec du nucléaire ne cesse de monter parce que nous n’avons pas nécessairement provisionné un certain nombre de choses, en même temps que le coût des énergies renouvelables est en train de dégringoler. »

Une transition énergétique à ne pas manquer

Se défendant de vouloir faire valoir son sentiment sur le sujet du nucléaire, Il faut selon Nicolas Hulot « sortir des dogmatismes« . Il ajoute  » Je pense qu’on a un  objectif qui va déjà être de réduire la part du nucléaire et moi je pense que l’avenir d’EDF, et notamment économique, est d’abord et principalement dans l’efficacité énergétique et le développement des énergies renouvelables. »

Il appelle à ce « qu’EDF, et je pense que maintenant c’est son souhait, ne manque pas l’opportunité de la transition énergétique, ce sont les énergies d’avenir ». Il ajoute espérer « pouvoir co-construire cette transition énergétique non pas contre, mais avec EDF. »

Un monde qui change

Le Ministre a précisé en conclusion avoir demandé à Jean-Bernard Lévy, le PDG d’EDF, de prendre sa part dans la transition énergétique. « Il y a une révolution, le monde va changer, on va aller vers l’autoconsommation parce qu’on va produire notre énergie dans notre territoire, a-t-il expliqué. Ne manquez pas cette marche parce que d’autres opérateurs sont en train de se préparer. À l’étranger, on a compris où était l’avenir énergétique. »

Selon Le Monde, « EDF souhaiterait ne fermer aucune centrale avant 2029, et a récemment demandé, dans le cadre de la PPE, que l’Etat s’engage sur la construction d’un deuxième EPR, en plus de celui de Flamanville. Or l’EPR de Flamanville, déjà plombé par des années de retard et un budget qui est passé de 3 à 10,5 milliards d’euros, va certainement connaître de nouveaux délais et ne pourra pas démarrer en janvier 2019, comme l’espérait EDF. »

Source : Le Monde, France-Info

 

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.