Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Oeufs de Pâques : cuisez-les à l’économie !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

oeufs de PâquesLe WWF suisse a pensé, à quelques jours de Pâques, a traité cette question cruciale : comment cuire les œufs durs en économisant le plus d’énergie possible ? Il faut dire que les Suisses consomment plus de 900 millions d’œufs durs par an, ce qui met en jeu des quantités importantes d’énergie. Et quand on sait que l’une de ces méthodes économise 75 % d’énergie pas rapport à la moins efficace…

Il y a vingt ans déjà, un conseiller fédéral, Adolf Ogi, avait fait à la télévision une démonstration de sa technique de cuisson des œufs durs (la « légendaire » méthode Ogi, précise WWF). Mais celle-ci est-elle encore la bonne à l’époque de l’induction ? WWF Suisse, associé au service de l’électricité EWZ, a voulu vérifier, et a demandé au centre de test SALT (Swiss Alpine Laboratories for Testing Energy Efficiency) de comparer cette technique.

Le résultat est sans appel :  imbattable, le cuiseur à œufs ! Il ne demande qu’une infime quantité d’eau et s’éteint dès qu’elle est évaporée. Puis vient la méthode Ogi : une cuisson à couvert, dans deux doigts d’eau et extinction du feu dès l’ébullition afin de profiter de la chaleur résiduelle. Mais cette efficacité varie selon que l’on utilise une plaque à induction ou une plaque vitrocéramique. Cependant, le manque de chaleur résiduelle de la première est compensé en mettant le thermostat au plus bas.

La moins efficace des méthodes – et probablement la plus fréquente, note WWF – consiste à cuire les œufs dans une grande quantité d’eau sans couvercle, une méthode trois fois et demie à quatre fois plus énergivore. Et précise Jennifer Zimmermann, de WWF Suisse : « Malheureusement, la plupart des livres de cuisine recommandent encore la technique la plus gourmande en énergie. »

consommation d'énergie pour faire cuire un oeuf

Les sept méthodes concernant l’électricité seulement, on peut toutefois ajouter que les mêmes conseils valent pour le gaz : deux doigts d’eau, une casserole couverte et éteindre un peu avant la fin de la cuisson pour profiter de la chaleur résiduelle de l’eau. Grâce à ces conseils, vous pourrez décorer des œufs durs pour Pâques avec la satisfaction de ne pas avoir trop gâché d’énergie.

Source : WWF Suisse

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.