Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

OrbSys : Une douche vraiment économe en eau

la douche du futurPour économiser l’eau d’une douche, on peut utiliser une douchette économe, c’est déjà une bonne chose et à moindre coût. Mais il existe encore mieux – mais considérablement plus cher : il s’agit du système OrbSys, mis au point par une firme suédoise, un dispositif qui recycle l’eau de la douche, et permet ainsi d’économiser 90 % de l’eau et 80 % de l’énergie consommée pour la chauffer.

Un designer suédois, Mehrdad Mahdjoubi, ayant travaillé pour la NASA (l’eau utilisée par les astronautes est continuellement recyclée), s’est inspiré de cette expérience pour concevoir ce système de douche très économe. Normalement 95 % de l’eau de douche se retrouve directement dans les égouts. Avec OrbSys, elle est recyclée au fur et à mesure de son utilisation et tourne en circuit fermé.

Ainsi pour une douche de 10 minutes – ou plus – selon son concepteur, on n’utilise que 5 litres d’eau, au lieu de 150 litres environ. A ce rythme effectivement, aucune raison de limiter sa douche à 5 ou 6 minutes. De plus, comme le processus de purification de l’eau est très rapide, celle-ci n’a pas le temps de refroidir et ne demande que très peu d’énergie pour retrouver la température demandée, d’où une économie d’énergie. Cela se traduit, selon le designer, par un allègement de la facture de 1 000 € sur les factures d’eau et d’énergie – une somme qui semble toutefois un peu exagérée, à moins qu’en Suède on reste très longtemps sous la douche, ou que l’eau et l’énergie soient à un tarif particulièrement élevé.

Mais, même en épargnant que quelques centaines d’euros, il n’en reste pas moins l’intérêt écologique de ce système. Actuellement utilisé dans les thermes d’une station balnéaire suédoise, ce dispositif pourrait aussi permettre une meilleure hygiène dans les endroits du monde où l’eau est difficilement accessible. En effet, l’eau chargée dans le système (5 litres) s’écoule normalement par la douche et est traitée par un dispositif de filtrage intégré au bac récupérateur, avant d’être réinjectée dans le circuit, en gardant apparemment une pression suffisante. Le système de filtration enlève, selon les données avancées, 99,9 % des agents contaminants, y compris les virus, et donne ainsi de l’eau potable.

Sources : Ubergizmo, Sur le toile, Last 48 h