Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Où l’on reparle des hydroliennes

Alors que l’Arcouest, l’hydrolienne d’EDF, reste provisoirement bloquée en rade de Brest, le vice-président énergies marines du Syndicat des Energies Renouvelables (SER), Philippe Gilson, interrogé par Ouest-France à l’occasion de la Sea Tech Week de Brest qui en réunissaient les spécialistes, pense que le premier parc français n’ouvrira pas avant 2020.

HydrolienneActuellement une demi-douzaine d’hydroliennes de taille industrielle sont testées en Europe. Plus aucune en France à présent, car l’Arcouest, le prototype d’EDF dont nous avions récemment annoncé l’immersion imminente (voir notre article du 16/09), est bloquée depuis le 15 septembre en raison de l’avarie d’un des treuils de la barge qui la transporte habituellement, et les réparations doivent s’étendre sur plusieurs semaines. « En principe, cet incident n’a pas de conséquence pour le calendrier global de l’opération » , a cependant précisé Vincent Denby-Wilkes, délégué régional à EDF-Bretagne. La première hydrolienne française devrait normalement être mise en service commercial fin 2013, avant d’être rejointe par 3 turbines supplémentaires à l’été 2014, ce qui constituerait la première ferme-pilote au large de nos côtes.

Mais avant de développer plus avant cette technologie, les fermes-pilotes, qui compteront entre 3 et 10 machines, doivent encore faire leurs preuves. « Il faut accumuler les heures de vol pour permettre aux énergéticiens de calculer les coûts. Sinon on prend des risques gigantesques » , souligne Philippe Gilson, qui insiste sur le besoin de soutien au départ, en précisant qu’un « appel d’offres pour des sites de grande taille doit être lancé en France en 2014. Il faudrait qu’il porte sur au moins 500 à 600 MW dans le Raz Blanchard (plus de 500 hydroliennes). »

Selon lui, une telle filière ne peut se réaliser en moins de 10 ans, et nous avons un peu de retard sur l’Ecosse (2 à 3 ans). « Mais si le financement est garanti, si la concertation est bien menée et si le cadre juridique est clair, je pense qu’en 2020, nous pourrons avoir des fermes » , poursuit-il. Il  indique de plus que tous les grands industriels de l’hydro-électricité, « Siemens, Andritz, Voith, Alstom, Rolls Royce. DCNS aussi » , sont entrés dans la course, ce qu’il juge encourageant.

Sources : Ouest-France, Batiactu

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.