Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Ouragans : une saison 2017 particulièrement dévastatrice

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Le Comité des Ouragans de l’Organisation Météorologique Mondiale (OMM) s’est réuni afin de dresser le bilan d’une saison 2017 qui s’est révélée particulièrement dévastatrice dans l’Atlantique. Il a aussi débattu de la question de la coordination et de la planification opérationnelle pour protéger les biens et les personnes pour la prochaine saison.

Une histoire de prénoms

L’OMM tient à jour la liste des noms utilisés par rotation, propres à chacun des bassins cycloniques. Les listes sont utilisées tous les six ans. Mais chaque fois qu’un ouragan est particulièrement meurtrier ou dévastateur, son nom est retiré de la liste et remplacé par un autre.

Quatre noms ont été retirés l’année dernière : Harvey, Irma, Maria et Nate, correspondant tous à des ouragans ayant produit beaucoup de dégâts aux Etats-Unis et aux Caraïbes. Ils ont été remplacés par Harold, Idelia, Margot et Nigel.

Des pertes humaines et matérielles importantes

Les dégâts se sont chiffrés à 250 milliards de dollars pour les seuls Etats-Unis, mais le relèvement des îles des Caraïbes dévastées pourrait prendre des années. Plusieurs centaines de personnes ont trouvé la mort lors de ces phénomènes et des millions d’autres ont vu leur vie bouleversée.

« La fiabilité des prévisions et des alertes concernant les vents, les ondes de tempête et les risques d’inondation ainsi que la bonne coordination des services météorologiques et des services chargés de la gestion des catastrophes ont contribué à empêcher que le bilan des victimes ne soit encore plus lourd. De plus, grâce à la coopération qui s’est instaurée de longue date au sein du Conseil régional pour l’Amérique du Nord, l’Amérique centrale et les Caraïbes (CR IV) de l’OMM, tous les pays et territoires de la région ont pu disposer de produits de prévision et d’études d’impact de grande qualité » précise toutefois l’OMM.

10 ouragans et 6 ouragans majeurs en 2017

Pour la première fois depuis le début des relevés, 3 ouragans de catégorie 4 ont touché les côtes des Etats-Unis, 2 étaient encore classés en catégorie 5 lorsqu’ils ont atteint les Caraïbes.

En 2017, ce sont au total 17 tempêtes tropicales qui se sont formées, dont 10 se sont transformées en ouragans et 6 en « ouragans majeurs » (catégories 3 et plus). Pendant la période 1981-2010, la moyenne était de 12 tempêtes tropicales par an, 6 ouragans et 3 ouragans majeurs.

« Toujours selon le rapport du CMRS de Miami, l’énergie cyclonique cumulée (ACE), qui sert à exprimer à la fois l’intensité et la durée des tempêtes tropicales et des ouragans pour une saison donnée, a représenté en 2017 quelque 241 % de la moyenne à long terme et se classe au septième rang des valeurs relevées dans l’Atlantique depuis 1851 » ajoute l’OMM.

Entre fin août et septembre, trois ouragans particulièrement destructeurs se sont succédé : Harvey qui a donné lieu à des précipitations record et provoqué des inondations catastrophiques, Irma qui a touché plus particulièrement les Caraïbes, mais a provoqué aussi l’évacuation de 6 millions de personnes en Floride, et Maria, l’ouragan le plus coûteux de l’histoire après Katrina (2005) et Harvey (2017).

En octobre, Nate et Ophélia ont provoqué de graves inondations en Amérique Centrale. Le dernier est devenu l’ouragan le plus à l’est jamais observé : ses effets s’en sont ressenti jusqu’en Irlande, pendant sa phase de transition extratropicale, où il a fait de dégâts considérables.

Source : OMM

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.