Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Panorama de notre consommation en 2030 : un scénario de l’ADEME

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

rapport AdemeL’ADEME vient de publier une étude sur les impacts sur l’environnement qu’aura notre consommation en 2030. Pour la première fois, il s’agit d’une consommation plus respectueuse de la planète et plus économe en ressources qui se fonde sur des hypothèses réalistes par rapport aux tendances actuelles de consommation et aux objectifs fixés par la loi sur la transition énergétique. Cela nous permettrait d’aboutir à un modèle de consommation plus durable d’ici 2050.

L’impact de la société de consommation que nous connaissons depuis 50 ans sur le climat, les ressources et la biodiversité nous amène à réfléchir à des modes de production et de consommation plus durables. Mais les tendances de consommation des Français évoluent peu à peu. En appliquant des hypothèses ambitieuses mais réalistes, nous pourrions, selon l’ADEME, réduire d’environ 17 % notre empreinte carbone totale en 2030 par rapport à 2007, ce qui, en tenant compte de l’évolution démographique, correspondrait à une diminution de près de 25 % de l’empreinte carbone par personne, soit environ 7 tonnes d’équivalent CO2 d’économisées par personne et par an.

Le scénario propose notamment d’aller vers une augmentation de la qualité des biens et des services consommés : près de la moitié des Français souhaitent en effet « consommer mieux ». D’autre part, de nouveaux modes de consommation apparaissent : l’économie de partage, de la fonctionnalité, les pratiques collaboratives. Elles offrent un potentiel intéressant de gains environnementaux.

L’ADEME donne une vision prospective dans six grands secteurs de consommation : l’habitat, la mobilité, l’alimentation, la consommation non alimentaire, les loisirs et la culture, et les activités tertiaires et les services publics. Pour chacun, l’agence fixe les gains possibles en termes d’émissions de gaz à effet de serre, à partir d’un certain nombre d’actions réalisables. Ainsi la diminution des émissions de gaz à effet de serre pourrait atteindre 35 % dans le bâtiment à l’horizon 2030, 25 % pour la mobilité, moins de 10 % pour l’alimentation et la consommation des produits non-alimentaires, et moins de 5 % dans les autres secteurs (loisirs et culture, activités tertiaires et services publics).

Ainsi, conclut l’ADEME, « Au final, en diffusant massivement les technologies existantes, sans rupture technologique majeure, et en améliorant nos comportements et nos modes d’organisation, nous pouvons réduire de 17%, d’ici 2030, l’empreinte carbone de notre consommation.
Les hausses des autres impacts environnementaux (acidification, oxydation photochimique et déchets industriels non dangereux) sont maîtrisées. En particulier, la politique de rénovation massive et de construction pourrait générer un volume de déchets en hausse significative (+10%). La politique de valorisation des déchets est donc essentielle. »

Source : ADEME,  Alléger l’empreinte environnementale de la consommation des Français en 2030

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Une réponse sur “Panorama de notre consommation en 2030 : un scénario de l’ADEME”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.