Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Parlement européen : des objectifs environnementaux atteints voire dépassés

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Le Parlement européen s’était fixé en 2012 des objectifs environnementaux pour 2020. La plupart de ces derniers ayant été atteints et même dépassés, il vient d’en adopter de nouveaux, plus ambitieux, pour réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 40 % par rapport à 2006 à l’horizon 2030.

L’objectif pour 2020 visait à atteindre une diminution de 30 % des émissions de gaz à effet de serre. Mais les avancées en 2016 étaient telles dans ce domaine que l’institution a adopté pour ses services un objectif plus ambitieux. En effet, en 2016, les émissions de CO2 du Parlement étaient déjà de 27,26% plus faibles qu’en 2006. Le Bureau de parlement a donc décidé d’oublier cet ancien objectif pour le remplacer par un objectif de 40 % de réduction des émissions à l’horizon 2030.

En ce qui concerne le détail des objectifs environnementaux du parlement européen, en voici le point pour 2016 :

  • Baisse de la consommation d’électricité ciblée entre 2012 et 2016 : 4 %, mais la performance est de -12,4 % ;
  • Diminution de la consommation de chauffage, de mazout et de chauffage urbain ciblée : 5 %, mais la performance atteint les -19,62 % ;
  • Stabilisation de la consommation de papier ciblée, mais elle a en fait chuté de 27,78 % ;
  • Baisse ciblée pour la consommation d’eau :  2% entre 2012 et 2016, mais la performance en 2016 est de -4,48% ;
  • Réduction de la production de déchets ciblée : 5 %, alors qu’elle atteint -28,62 % ;
  • Taux de recyclage ciblé : 68 % pour 2016 : il a atteint en fait 65,8 % en 2016, mais en 2014, il a été de 68,9% et en 2015 de 77,4%.

De plus, 100% de l’électricité du Parlement provient de sources renouvelables. Il s’agit de la première institution de l’UE à devenir neutre en carbone, car elle compense 100% de ces émissions irréductibles. L’ensemble des déchets alimentaires sont soumis à un traitement par biométhanisation, qui produit du biogaz utilisable. Aucun déchet alimentaire n’est incinéré et la nourriture invendue est offerte à des organismes de charité plutôt que jetée, affirme le Parlement.

Le Parlement a rejoint l’EMAS (Eco-Management & Audit Scheme ou Système de Management Environnemental et d’Audit) il y a 10 ans : derrière ces quatre lettres se cache une certification européenne pour une meilleure qualité environnementale, un règlement européen créé en 1993 par l’Union européenne pour cadrer des démarches volontaires d’écomanagement. « Je suis très fière que le Parlement européen soit le seul parlement dans l’UE à être enregistré auprès d’EMAS. Je me félicite en particulier du fait qu’il ait dépassé ses objectifs ambitieux, endossant une part équitable dans la lutte contre le changement climatique. Cette illustration de meilleure pratique est un excellent modèle pour l’UE et d’autres institutions sur la manière de se joindre à la lutte contre la crise climatique à et montrer l’exemple » a déclaré Ulrike Lunacek, la vice-présidente du Parlement en charge de l’EMAS.

Source : Parlement européen

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Dans la même catégorie

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.