Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Pas d’éclairage public ? Quelques drones alors…

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Difficile parfois de se repérer en voiture dans le noir avec la seule lumière des phares, surtout quand l’un déclare forfait, ou même dans à pied dans la campagne ou les villages où nul n’aurait l’idée d’installer des luminaires qui ajouteraient encore à la pollution lumineuse. Une compagnie britannique d’assurances, Direct Line, y a pensé et se propose de dépêcher, sur simple demande, une flotte de drones qui éclaireront la route de l’assuré en perdition.

L’assureur estimant que le manque d’éclairage des axes routiers secondaires peut être source d’accidents pour ses clients va donc leur proposer de remplacer les réverbères inexistants par des drones, coordonnés entre eux,  équipés de puissantes diodes lumineuses, qu’elle envoie au lieu précis où ils en ont besoin, grâce à une application sur leur smartphone (Fleetlights), couplée à une géolocalisation très précise (elle s’appuie sur le Real Time Kinetics, une solution qui s’avère plus précise que le GPS, avec des écarts de l’ordre de seulement 10 à 20 centimètres).

Ils peuvent débarquer seuls ou en essaim, selon la formule choisie par le client afin d’illuminer le trajet de l’automobiliste, du cycliste ou du piéton qui en a besoin. Les modèles sont ainsi adaptés aux demandeurs. Pour celui qui marche, de petits appareils suffisent, équipés d’un projecteur d’une puissance d’au moins 200 W. Mais pour des voitures, qui vont plus vite, ce sont de plus gros appareils, dotés de huit hélices et équipés de trois projecteurs pour élargir la zone illuminée, qui sont dépêchés sur la route de l’usager. En vol stationnaire (le plus gourmand en énergie), ils ne présentent qu’une autonomie de 20 à 30 minutes, mais d’autres machines peuvent venir les relayer au fur et à mesure de l’avancée du trajet. Une fois le client arrivé à bon port, ils rejoignent leur base.

Une expérimentation a eu l’automne dernier à Petworth (dans le sud de l’Angleterre), sur « une des routes les plus dangereuses du Royaume-Uni » selon l’assureur. Et tout est désormais prêt pour la lancée de ses drones lumineux : une plaquette de documentation avec précisions techniques sur les machines et les lampes utilisées, des précisions sur la manière dont ils sont pilotés, et une vidéo de démonstration du fonctionnement. Les autorités locales n’en ont certainement pas fini de recevoir des appels concernant des OVNI, apparaissant ou disparaissant dans le ciel britannique !

Sources : Science et Avenir, Batiactu

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.