Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Pénurie d’électricité en France cet hiver ?

Alors que Capgemini publie sa treizième étude annuelle sur l’Observatoire Européen des Marchés de l’Energie (OEME), le Ministre de l’énergie, Eric Besson, interrogé lors des questions au gouvernement à l’Assemblée Nationale, juge possible une rupture de l’approvisionnement d’électricité en France cet hiver si un certain nombre de conditions défavorables étaient réunies.

L’étude de Capgemini

Observatoire Européen des Marchés de l'Energie
Malgré Fukushima, selon Capgemini, le nucléaire reste en plein développement et la grande majorité des centrales planifiées (voir notre article du 24/09/2011) devraient être construites. En effet, si l’Allemagne et l’Italie se sont déclarées contre la poursuite de leur programme, et que le Japon laisse encore sa décision définitive en suspens, la grande majorité des pays, dont la France et le Royaume-Uni, ont bien décidé de le continuer, après des opérations de contrôle et de renforcement de la sécurité. Du retard n’est cependant pas à exclure dans la mise en service des réacteurs planifiés.

D’autre part, à titre mondial, la consommation d’énergie va poursuivre sa croissance dans les pays en voie de développement, mais ajouté à une décroissance des investissements dans les infrastructures risquent d’avoir des conséquences négatives sur la sécurité d’approvisionnement, sans parler de l’augmentation des émissions de gaz à effet de serre. L’Europe aussi risquerait de voir sa fourniture d’énergie menacée si des investissements importants n’étaient pas réalisés d’ici 2020. Capgemini note aussi le risque de dépendance accrue à la Russie qui assurera, en 2030, 50 % de l’approvisionnement en gaz consommé en Europe. A titre mondial d’ailleurs, le gaz prendra dans les années à venir pour une part de plus en plus importante dans le mix énergétique, allant jusqu’à 25 % contre 21 % actuellement.

De plus, la fermeture des centrales nucléaires allemandes menace la sécurité d’approvisionnement européen en électricité. L’Allemagne importe actuellement du courant de ses plus proches voisins, depuis l’arrêt de ses premiers réacteurs, et notamment de France (jusqu’à 2 000 MW par jour). Pendant les pointes de consommations de l’hiver, la France avait l’habitude de compter sur les importations venues d’Outre-Rhin, rendues impossibles dans les années à venir : une rupture d’approvisionnement n’est donc pas à écarter, dans l’hiver 2011/2012 et les suivants car les pics de consommation augmentent d’année en année (+ 9,5 % en 2010 en Allemagne et + 4,7 % en France).

Des risques de pénurie cet hiver, selon le ministre de l’énergie

Selon Eric Besson, le gouvernement reste vigilant, mais il reconnaît parallèlement un risque de pénurie d’électricité cet hiver si des facteurs défavorables se trouvaient réunis : des températures très froides, associées à un retard dans la mise en œuvre de centrales à gaz et à charbon en Allemagne, en plus de l’arrêt des réacteurs, voire une moindre disponibilité de nos propres centrales nucléaires. Selon le ministre, « dans ce scénario, oui, il pourrait y avoir des difficultés. » RTE doit remettre un rapport d’ici le 10 novembre sur la question, le ministre réunira alors le comité de veille constitué après l’annonce allemande de la sortie du nucléaire pour « prendre toutes les précautions nécessaires. »

Le problème des pics de consommation se présente de la même façon chaque année en France : en hiver, à 19 heures, lorsque le retour à la maison s’associe au redémarrage du chauffage du logement (et l’importante proportion de chauffage électrique en France n’y est pas étrangère), à la préparation des repas et au bain des enfants, sans parler de la mise en marche de la télévision, les importations présentent la seule possibilité de faire face. Or la baisse des fournitures allemandes  pourraient atteindre 8 000 MW (l’équivalent de 5 réacteurs). Des coupures ne sont donc pas à exclure.

La France reste globalement exportatrice d’électricité nette sur l’année, mais devient réellement importatrice lors des pointes de consommation. Le dernier record de consommation électrique a été enregistré le 15 décembre 2010, atteignant 96 710 mégawatts.

Sources : Enerzine, Le Point, Le Monde, Le Parisien, Le Figaro, Le Point (AFP), rapport Cap  Gemini

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.