Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Photovoltaïque : les mesures d’urgence continuent

Après avoir annoncé en février les résultats de l’appel d’offres automatique dédié aux installations photovoltaïques de taille intermédiaire (entre 100 kW et 250 kW), le ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie publie le cahier des charges de l’appel d’offres concernant cette fois les grandes installations (supérieures à 250 kW).

Dans le cadre des mesure d’urgence pour aider la filière photovoltaïque, annoncées par Delphine Batho pour aider la filière photovoltaïque, le ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie a publié à la mi-février la liste des lauréats des troisième et quatrième périodes (avril à juin et juillet à septembre) de l’appel d’offres automatique consacré aux installations de taille intermédiaire. Il retient, après instruction du dossier et avis favorable de la Commission de Régulation de l’Energie (CRE), 231 projets pour une capacité totale de près de 50 MW.

centrale photovoltaique 250 kW

Il prévoit d’autre part de lancer en mars un nouvel appel d’offres sur ces mêmes installations pour un volume global de 120 MW (en trois tranches de 40 MW) et précise à cette occasion que le cahier des charges afférent prendra en compte, outre le prix d’achat de l’électricité produite, le bilan carbone du processus de fabrication des modules photovoltaïques.

Par ailleurs, le cahier des charges de l’appel d’offres pour les grandes installations photovoltaïques (supérieures à 250 kW) vient d’être publié au Journal Officiel de l’Union Européenne. S’inscrivant toujours dans les mesures d’aide d’urgence à la filière solaire, l’appel d’offres porte sur un volume de 400 MW et « vise à parts égales les technologies innovantes au sol (photovoltaïque à concentration ou photovoltaïque avec suivi du soleil) et les technologies matures sur ombrières et sur toitures. » Pour les centrales au sol, il privilégiera bien entendu les « sites dégradés » (friches industrielles, anciennes carrières ou décharges…) afin d’éviter tout conflit d’usage, particulièrement avec les terres agricoles.

Afin de ne pas désavantager les PME, les garanties bancaires précédemment demandées ont été supprimées. Mais l’appel d’offres prend en compte le bilan carbone du projet, ainsi que sa contribution à la recherche et au développement. « Il privilégie l’innovation, les cellules à haut rendement, et les installations à haute valeur ajoutée porteuses de développement industriel et de création d’emplois en France » précise le communiqué du ministère.

Source : Ministère du développement durable

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.