Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Pollution de l’air dans le métro : RESPIRE porte plainte

Depuis plusieurs années, l’association RESPIRE signale la pollution de l’air dans le métro parisien et le manque d’information pour les usagers. Fin mars, elle a franchi une nouvelle étape en portant plainte contre la RATP pour « tromperie aggravée et blessures involontaires ». Les mesures effectuées par l’association révèlent que la pollution est bien supérieure dans les enceintes ferroviaires souterraines que celle de l’air extérieur. Ses observations rejoignent celles d’une enquête effectuée il y a deux ans par des journalistes du Parisien.

Pollution de l'air dans le métro parisien

Une pollution de l’air bien présente dans le métro

RESPIRE est une association nationale pour la qualité de l’air. Les mesures de pollution de l’air dans le métro, qu’elle a fait mesurer par un laboratoire du CNRS, se révèlent bien supérieures à celles trop rares de la RATP. « A titre d’exemple, dans la station Châtelet, les valeurs mesurées par la RATP elle-même dépassent presque tous les jours 50 µg/m3 pour les PM10, soit la valeur d’un pic de pollution en extérieur. Elles ont atteint 109 µg/m3 le 25 novembre 2020 et 480 µg/m3 le 7 janvier 2016 ! », précise RESPIRE.

Cependant, la RATP n’informe pas les usagers sur les risques sanitaires qu’ils encourent. « La RATP entretient une forme d’omerta sur la pollution de l’air dans le métro. Elle prétend qu’il n’y a pas de problème. Mais il faut dire la vérité aux gens. Le déni de la RATP est une composante essentielle du problème », souligne le directeur de l’association, Olivier Blond.

Une plainte pour tromperie aggravée et blessures involontaires 

L’association compte donc pour son argumentation s’appuyer sur l’article L. 111-1 du Code de la consommation. Celui-ci met à la charge de tout professionnel une obligation générale d’information. Or, les usagers des transports en commun parisiens sont liés à la RATP par un contrat de prestation de service de transport. Elle est donc tenue à ce titre à une obligation d’information.

Cette information relative notamment aux « caractéristiques essentielles du bien ou du service » doit de plus être « lisible et compréhensible ». Voyager dans un environnement non-pollué est une caractéristique essentielle, selon l’association. Les conséquences sanitaires de la pollution de l’air dans le métro étant passées sous silence, il s’agit également d’une tromperie, selon l’association.

Source : RESPIRE, Europe 1

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.