Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Précarité énergétique en 2019 : des chiffres en hausse, selon l’ONPE

Chaque année, l’Observatoire National de la Précarité Energétique (ONPE) s’attache à quantifier l’ampleur du sujet, à en comprendre son environnement et ses effets, ainsi qu’à identifier les leviers d’action pour lutter efficacement contre ce phénomène. Il vient de publier les résultats de son tableau de bord 2019. Celui-ci révèle que 6,8 millions de personnes ont été fragilisées par la précarité énergétique en 2019. Cela représente une légère hausse par rapport à l’année précédente (+233 000 personnes).Tableau de bord de la précarité énergétique en 2019

De nouveaux outils pour mesurer la précarité énergétique en 2019

Pour fournir ces chiffres de la précarité énergétique en 2019, l’ONPE s’appuie sur deux indicateurs, mesurés à l’aide de nouveaux outils : un indicateur économique basé sur le taux d’effort énergétique et un indicateur qui se fonde sur le ressenti du froid. Il en résulte que près de 7 millions de personnes sont maintenant touchées par le phénomène, au sens économique.

Au cours de l’hiver dernier, selon l’indicateur de ressenti du froid du médiateur de l’énergie, 15 % des ménages ont souffert chez eux d’une sensation de froid. Celle-ci dépend de plusieurs facteurs. Elle provient, pour une grande part, de la mauvaise isolation du logement (41 %), mais aussi de panne de l’équipement de chauffage (24 %), d’une installation de chauffage insuffisante (20 %). Pour 7 % de ces personnes, cependant, il s’agit d’une limitation de leur consommation de chauffage pour des raisons financières.

Une hausse limitée par un hiver doux, mais réelle

L’indicateur basé sur le taux d’effort énergétique était orienté à la baisse depuis deux ans. Corrigé de l’effet conjoncturel de la météo, il se révèle de nouveau à la hausse : 12,4 % des ménages en 2018, contre 12 % en 2017. Ce phénomène de hausse de la précarité énergétique en 2019 résulte selon l’ONPE principalement de l’augmentation des prix hors taxes des énergies, ainsi que de la fiscalité énergétique.

Cependant, en raison d’un hiver plus doux que l’année précédente, la hausse du nombre de ménages en situation de précarité énergétique reste relativement modérée, les besoins en chauffage ayant été moindres. Mais la restriction volontaire du chauffage pour des raisons financières participe également à limiter cette hausse, tout comme l’amélioration, peu à peu, des performances énergétiques d’une partie du parc de logements.

Interventions et demandes d’aides en hausse également

Cela n’a toutefois pas empêché une hausse du nombre de ménages ayant subi une intervention d’un fournisseur d’énergie (réduction de puissance, suspension de fourniture, résiliation de contrat) pour impayés : 572 440, contre 543 874 l’année précédente (+4,2 %).

En 2019, 5,7 millions de chèques énergie ont été distribués, contre 3,6 millions l’année d’avant. Mais les interventions d’autres aides (Fonds Solidarité Logement, associations caritatives et ONG) ont également été plus sollicitées que l’année précédente. Cela représente même le deuxième poste d’aides extra-légales, après les aides alimentaires.

L’ONPE note l’apparition de programmes innovants et prometteurs financés par les Certificats d’Economies d’Energie (CEE) contre la précarité énergétique en 2019. Mais il souligne la nécessité de renforcer, sur l’ensemble du territoire, la mission d’accompagnement des 3,4 millions de ménages pour lesquels la facture d’énergie reste trop élevée par rapport à leurs ressources.

Source : ONPE

Cet article a été écrit par : 

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *