Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Premier bilan carbone pour Pôle Emploi

bilan carbone ademePolitique développement durable oblige, Pôle Emploi vient de rendre public son premier bilan carbone, ce qui suit son engagement à quantifier ses émissions de gaz à effet de serre, et à prendre des mesures pour les réduire. Tout cela en suivant le principe de développement durable « penser global, agir local », selon le communiqué de presse.

Grâce à une méthodologie répondant rigoureusement aux exigences de l’ADEME, Pôle Emploi a calculé les émissions de chacun de ses sites sur l’ensemble des régions. Tous les postes ont été étudiés, dont les déplacements des conseillers. Et ce sont d’ailleurs ces déplacements qui arrivent en tête des postes émetteurs, en représentant à eux seuls presque la moitié : 47 % exactement en cumulant les déplacements domicile/travail (23 %), les déplacements en entreprise pour prospecter (15 %) et les déplacements professionnels (9 %). Suivent les achats pour 25 %, les infrastructures mobilières et informatiques pour 15 %, l’énergie pour 12 % et les déchets pour 1 %.

Le total s’élève ainsi à 300 000 tonnes équivalent CO2, soit 6,38 téq CO2 par collaborateur, « ce qui correspond aux émissions d’un tour du monde en voiture. » Les disparités sont énormes en fonction des régions en ce qui concerne les déplacements et le chauffage, ce qui peut paraître logique, encore que « le poste énergie [connaisse] des écarts importants d’une région à l’autre indépendamment du climat ». Mais elles s’expliquent moins lorsqu’il s’agit de la consommation de papier qui varie de 36 kg à 154 kg par collaborateur ! Le communiqué souligne :

Des résultats qui offrent des perspectives de progression importantes.

Des préconisations sont posées pour optimiser les réductions d’émissions et inscrire Pôle Emploi dans une démarche d’économie de 20 % de ses émissions de gaz à effet de serre par collaborateur à l’horizon 2020 :

Elles permettent de concilier économie d’énergie, impact sur l’environnement, confort et optimisation budgétaire.

Ainsi des régions-pilotes ont participé avec la direction développement durable à la création d’outils de sensibilisation des agents et de suivi des réductions d’émissions :

Pôle Emploi affirme ainsi son ambition de devenir une référence européenne en matière de développement durable.

Le communiqué de presse se termine par une note assez paradoxale, puisque les agents, s’ils n’appliquent pas eux-mêmes les règles du développement durable,  peuvent toutefois aider les demandeurs d’emploi à en devenir acteurs :

Au-delà de sa politique interne pour l’environnement, Pôle emploi informe les demandeurs d’emploi sur les métiers, particulièrement porteurs, liés à l’environnement. L’économie verte créé des emplois : 600.000 emplois pourraient être créés grâce au développement durable d’ici 2020. Les énergies renouvelables et le bâtiment sont les deux principaux secteurs créateurs d’emplois verts.

Source : Communiqué de presse de Pôle Emploi

Intéressé par la réalisation du bilan carbone de votre entreprise ou collectivités ? Consultez Bilan CO2

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

3 réponses sur “Premier bilan carbone pour Pôle Emploi”

  1. La démarche est prometteuse.
    Espérons que le pôle emploi atteigne sont objectif de réduction d’économies. Afin de montrer l’exemple au pays, la démarche devrait être étendue à toutes les instances gouvernementales, toutes les institutions de service public.
    Y’a plus qu’à !

  2. Si la méthodologie utilisée par Pôle-Emploi répond « rigoureusement » aux exigences de l’ADEME, comment se fait-il que les déplacements « clients » n’aient pas été comptabilisés? Je ne m’aventurerai pas dans une estimation, mais vu leur nombre (4 millions de chômeurs), comparé au nombre de conseillers, il est évident que le bilan a été sous-estimé. C’est d’autant plus navrant que c’est à ce niveau que se trouvent les effets de levier les plus réducteurs d’émissions.

    Un exemple: en tant que demandeur d’emploi résidant en milieu rural, je dois prendre ma voiture pour me rendre aux rendez-vous mensuels avec mon conseiller: un trajet de 62 km A/R. A aucun moment il n’a été suggéré, par souci d’un meilleur bilan carbone, de les remplacer par des rendez-vous téléphoniques. Ces rendez-vous consistent en une longue récitation de mes démarches de recherche d’emploi, que je pourrais tout aussi bien faire par téléphone; et si mon conseiller a des offres à suggérer, elle peut le faire par mail ou simplement me donner le n° de l’offre à rechercher sur le site de Pôle-Emploi. Cette solution n’est sans doute pas applicable à tous, au moins faudrait-il l’envisager aussi souvent que possible, comme Mr Jancovici le fait quand il préconise la télé-présence.

    En tant qu’expert Bilan Carbone certifié par l’ADEME, jamais je n’aurai accepté de faire un bilan sans comptabiliser les déplacements clients. J’en attends pas moins de l’ADEME qui se doit de dénoncer ce bilan mensonger.

  3. Bien d’accord avec toi Eric. Moi qui suis aussi habilité Ademe et membre de l’APCC (Association des Prestataires en Bilan Carbone) j’approuve à 100% ton commentaire. Dans l’article de Claudine, et dans ses références il n’y a pas de prestataire identifié. Par qui ce travail a été réalisé ? En interne Pôle emploi ? Si quelqu’un sait répondre… je suis preneur, histoire de comprendre cet oubli majeur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.