Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Résultats du prix européen « Précarité énergétique : comment en sortir ? ». Découvrez les lauréats.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

En 2011, le réseau ELISAN ( european locale inclusion & social network : réseau européen pour l’inclusion et l’action sociale locale) s’est allié à l’Union Nationale des Centres Communaux d’Action Sociale (UNCCAS), un de ses membres fondateurs et la fondation d’entreprise GDF-Suez  pour lancer le prix européen « Précarité énergétique : comment en sortir ? » qui cherche à récompenser des actions visant à lutter contre la précarité énergétique et à aider les personnes les plus vulnérables à consommer moins  d’énergie au quotidien. Ces prix ont été décernés à la fin de l’année 2011.

La définition de la précarité énergétique n’est pas commune à toute l’Europe. Les Anglais ont cependant donné à ce concept une définition très précise, qui permet de mieux cerner cette notion et a été reprise ainsi par le réseau ELISAN (représentant 2 200 communes réparties dans 12 pays européens) :

La précarité énergétique est définie communément comme la difficulté pour un foyer à payer ses factures en énergie pour son logement et à satisfaire ainsi un de ses besoins élémentaires. L’accès à l’énergie peut ainsi être considéré comme un droit. La précarité énergétique entraîne une vulnérabilité pour la personne ou le foyer qui en souffre, susceptible de détériorer sa situation voire d’aggraver ou de conduire à d’autres difficultés matérielles, sociales, physiques et psychologiques.

precarite energetiqueOn estime actuellement qu’en  Europe, entre 50 et 125 millions de personnes pourraient être touchées par la précarité énergétique. En France, si l’on prend la définition de cette notion qui consiste à estimer qu’un foyer touché par la précarité énergétique est un foyer qui dépense plus de 10 % de ses revenus dans ses factures énergétiques, 3,8 millions de ménages sont concernés, soit environ 8 millions de personnes. Afin de favoriser la mise en place d’un système d’échanges de bonnes pratiques, ces prix européens mettent en valeur des actions mises en œuvre par des collectivités locales et leurs partenaires publics/privés. Six acteurs locaux publics ou associatifs se sont ainsi vus récompensés. Il  s’agit de la ville de Liverpool (Grande-Bretagne), du CCAS de Grenoble, du centre public d’action sociale de Saint-Gilles (Belgique), de l’association Caritas de Francfort (Allemagne), de l’ONG Pro-mente Karnten de Carinthie (Autriche) et du  CCAS de Saint-Pierre de la Réunion.

Le premier prix va au programme « Maisons saines » de la ville de Liverpool qui après un état des lieux préalable sur l’isolation, le chauffage et la prévention des accidents, a engagé un vaste programme d’amélioration des conditions de vie de ses habitants, alliant une démarche préventive et la mise en place de services complémentaires d’accompagnement, d’information et de meilleur accès aux prestations et aux aides sociales. Le tout en s’appuyant sur « un partenariat fort avec l’ensemble des services sociaux et de santé, les systèmes de pension… » selon les organisateurs des prix.

Le deuxième prix a récompensé le CCAS de Grenoble pour son programme intégré de lutte contre la précarité énergétique. Avec l’appui de l’Agence Nouvelle des Solidarités Actives (ANSA), il a recensé tous les dispositifs existant sur l’agglomération (aides aux travaux, dispositifs d’aides à la personnes…) et mis en place une plateforme multi-partenariale de détection et d’orientation des personnes en situation de précarité énergétique qui, à partir d’un numéro dédié unique, peut proposer un accompagnement ou un diagnostic énergétique. Un programme qui, selon l’UNCCAS, est parfaitement transférable « tant du point de vue des outils d’observation que de la méthodologie et des outils d’évaluation utilisés« .

Le troisième prix est allé au programme ECO & CO-école des consommateurs, du CPAS de Saint-Gilles. Le centre public d’action sociale a cherché à faire évoluer les comportements des consommateurs, et, grâce à différents partenaires, mis en place différents ateliers de sensibilisation, d’audits énergétiques accompagnés de solutions techniques et comportementales, d’accompagnements personnalisés sur 2 ou 3 ans, et un service ECO-ouvrier qui peut réaliser gratuitement de petits travaux dans les logements.

Ces bonnes pratiques doivent être rassemblées dans un guide qui sera largement diffusé sur l’ensemble du territoire européen, afin de permettre à d’autres collectivités de mettre en place de nouvelles actions, s’inscrivant toujours dans la durée, de lutte contre la précarité énergétique.

Sources : Weka, ELISAN, Sud Ouest (image)

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.