Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Production d’électricité : vers plus de transparence

Transparence sur pannes centrales electriquesL’UFE (Union Française de l’Electricité : association professionnelle du secteur de l’électricité) annonce dans un communiqué de presse en date du 14 décembre qu’une « étape majeure amélioration de la transparence des données fondamentales du marché de l’électricité en France » vient d’être franchie.

En effet, elle communiquera désormais dans un délai de 30 minutes les « arrêts fortuits » (pannes par exemple) des unités de production de plus de 100 MW. Ces informations sur « les indisponibilités totales non programmées » comporteront le nom de l’unité de production concernée, sa puissance, la date et l’heure de l’incident. Dès le lendemain, elle s’engage à donner les causes de l’arrêt ainsi que la date prévue de remise en service. Toutes ces informations seront mises à disposition sur le site internet « Espace Clients » de RTE (Réseau de Transport d’Électricité).

Cette initiative volontaire, souligne le communiqué, « se situe parmi les démarches de transparence les plus avancées d’Europe ». Elle anticipe ainsi les règles de transparence envisagées par la Commission Européenne pour tous les marchés de l’électricité. Ces nouvelles données viennent compléter celles déjà accessibles :

  • Puissance installée actuelle, détaillée par unité de production supérieure à 20 MW, et prévisionnelle, agrégée par filière, sur un horizon de 3 ans ;
  • Disponibilité prévisionnelle, détaillée par unité de production supérieure à 100 MW, et agrégée pour l’ensemble du parc ;
  • Taux de remplissage du stock hydraulique ;
  • Production électrique réalisée et disponibilité constatée, agrégées par filière de production.

L’UFE conclut en signalant que ce dispositif est « l’un des plus représentatifs d’Europe puisqu’il couvre 90 % du parc de production français ».

En fait, l’année dernière, la CRE (Commission de Régulation de l’Énergie) avait appelé EDF, qui refusait de communiquer sur le nombre de ses réacteurs à l’arrêt comme « donnée commerciale sensible », à mettre à disposition de ses concurrents des informations fiables sur les disponibilités de ses unités de production.

En se rendant sur le site « Espace Clients » de RTE, on découvre ainsi que la centrale à charbon d’Hornaing (Nord) était indisponible pour cause d’arrêt non programmé le 16 décembre et devait se remettre en route le 17, et que la centrale de Porcheville B 3, fonctionnant au fioul lourd, était elle aussi à l’arrêt, sans autres détails toutefois.

Sources : Communiqué de presse de l’UFE, Le Journal de l’Environnement, RTE, Usine Nouvelle (image)

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.