Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Production électrique : des choix urgents s’imposent selon la Cour des Comptes

La Cour des Comptes publie une série de notes identifiant à la fois les principaux défis auxquels seront confrontés les décideurs publics au cours des prochaines années, et les leviers susceptibles de les relever. L’une s’intitule « Les choix de production électrique : anticiper et maîtriser les risques technologiques, techniques et financiers ». Elle appelle le gouvernement à prendre des décisions urgentes, après débat, visant à garantir les besoins d’un approvisionnement énergétique en pleine croissance.

Production électrique

Une production électrique assurée majoritairement par le nucléaire

La production électrique est actuellement assurée à 70 % par le parc nucléaire. Mais une grande part des 56 réacteurs que compte la France ont été mis en service à la fin des années 1970 et dans les années 1980. Les deux tiers des réacteurs nucléaires en fonctionnement auront donc atteint 60 ans dans le courant de la décennie 2040.

Le reste de la production provient des barrages hydroélectriques, des énergies renouvelables que sont l’éolien terrestre et le solaire photovoltaïque, « d’une production thermique fossile au gaz et de façon de plus en plus résiduelle au charbon ou au fioul », ainsi que, pour une très petite quantité, des bioénergies. La production d’électricité dans notre pays est de l’ordre de 530 à 550 TWh par an sur ces dernières années (500 TWh pour 2020), avec actuellement un solde exportateur largement positif (50 à 70 TWh/an).

La production électrique en France en 2019

La plupart des réacteurs actuels mis à l’arrêt avant 2050

Mais avec une durée de vie du parc nucléaire maintenant envisagée à 60 ans (il n’existe pas, en France, d’encadrement législatif ou réglementaire de la durée de fonctionnement des installations nucléaires de base), la plupart des réacteurs devraient être mis à l’arrêt avant 2050. « Notre outil de production électrique devra donc, de façon substantielle, être renouvelé en une vingtaine d’années et pour plusieurs décennies », précise la Cour des Comptes. D’autant que parallèlement la consommation d’électricité pourrait passer d’environ 475 TWh à 650 TWh en 2050 du fait de l’électrification des usages.

Il faut de plus tenir compte des durées de construction des nouveaux moyens de production électrique. Elles varient entre 8 et 15 ans selon les technologies, éolienne terrestre, éolienne maritime ou nucléaire. Par ailleurs, il s’ensuit des retards importants pris pour la construction de l’EPR de Flamanville (comme celui de Finlande) « une incertitude en termes de capacité à construire un nouveau parc de réacteurs dans des délais et à des coûts raisonnables ». Or « la programmation énergétique actuelle éclaire insuffisamment les décisions à venir. Ces choix doivent être débattus et devront ensuite être mis en œuvre de façon résolue, en identifiant les jalons critiques », constatent les Sages.

Par ailleurs, ces choix à venir conditionneront fortement l’évolution des besoins de formation et d’emplois, pour construire ces nouveaux moyens de production électrique, les faire fonctionner et en assurer la maintenance. « L’ampleur du besoin de renouvellement du parc de production actuel d’ici une vingtaine d ’ années, les défis technologiques et techniques restant à relever, les conséquences des choix à venir en termes d’équipements complémentaires, de filières industrielles, d’emplois et d’impacts territoriaux, rendent d’autant plus nécessaire la tenue d’un débat, sur des bases mieux éclairées », conclut la note. Elle insiste enfin sur la nécessaire planification des étapes de renouvellement, qui doivent être rapidement mises en œuvre ensuite.

Source : Cour des Comptes

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.