Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Quand on a nulle part où aller, il faut s’adapter

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Le budget du Kiribati Adaptation Project s’élève à douze millions de dollars sur cinq ans.

Le KAP est chapeauté par Andrew Teem, le conseiller chargé du changement climatique auprès de la Présidence delà République. Il me reçoit dans son bureau, une cabane de chantier coincée dans une arrière-cour. « L’érosion côtière est l’effet le plus évident. Une village entier à été déplacé à Tebunkinago, sur l’île d’Abaiang. Il y en aura d’autres. Des cimetières ont été emportés par la mer. » Comme Kaure, il a vu l’îlot de Bikeman disparaître. « Toutes les îles seront affectées, des communautés entières devront être relogées. Et on a nulle part où aller. »

Quand on a nulle part où aller, il faut s’adapter. Concrètement, les fonds du KAP sont employés à la construction et à l’entretien des digues, protégeant en priorité les biens publics comme la route, l’aéroport ou l’hôpital. Ce qui laisse.beaucoup de images exposés. L’argent sert aussi au programme de plantation des mangroves, forêts littorales qui freinent les vagues et permettent au sable de s’accumuler, jouant un rôle de rempart face à l’élévation du niveau de la mer.

Pas sûr que ce soit suffisant.

Le coût de la consolidation complète des côtes du pays est évalué à un milliard de dollars.

Julien Blanc-Gras

Paradis
(avant liquidation)
Pages 104 à 106
Au diable Vauvert
Paradis (avant liquidation)

Comme chaque mois d’août, en collaboration avec citation-livre.com, nous publions des extraits des meilleurs livres relatifs aux sujets que nous traitons dans notre blog.

Cet article a été écrit par : 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.