Blog d’Eco CO2 

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Quel scénario pour un parc de logements sobre en carbone ?

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

logement collectifA moins de six mois de la Conférence Paris Climat 2015 (COP21), une étude de l’association Coénove, qui réunit les acteurs-clés de la filière gaz, montre clairement qu’une modernisation du système de chauffage du parc de logements permettrait déjà de remplir 80 % de l’objectif à atteindre en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Celle-ci s’appuie sur différents scénarios et de variantes et aboutit au fait que la condensation, appliqué à 40 % du parc de résidences principales, permettrait d’économiser de 17 à 18 millions de tonnes de CO2 à l’horizon 2015.

Elément-clé des politiques nationales de lutte contre l’effet de serre, le logement présente un potentiel significatif de réduction des émissions d’environ 60 millions de tonnes (16 % des émissions totales). Mais plus de la moitié des 28 millions de résidences principales ont été construites avant 1975, date de la première réglementation thermique. Et le chauffage représente à lui seul 76 % des émissions de gaz à effet de serre liées à ces résidences principales. Il s’agit donc d’un gisement de réduction d’émissions particulièrement important. « Cette étude est la première qui tente de chiffrer précisément différents scénarios et leurs variantes en vue de réduire rapidement les émissions de CO2 des logements » explique Bernard Aulagne, Président de Coénove. « Au moment où l’urgence climatique est déclarée, nous avons voulu définir une solution immédiatement viable pour répondre à un enjeu majeur pour notre pays.« 

L’étude compare les impacts économiques et environnementaux de deux scénarios : conversion massive du parc à l’électricité et rénovation par modernisation du système de chauffage. Plusieurs variantes y sont associées et analysées selon les équipements de chauffage ou selon les conversions possibles, mais toutes incluent une isolation des combles pour les maisons individuelles.

Les résultats montrent donc que la modernisation des systèmes de chauffage constitue la meilleure solution technique et économique pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. Economiquement, les variantes conversion à l’électrique ne sont pas réalistes en raison de leur impact sur la production d’électricité lors des pointes de consommation : elles peuvent même générer dans certains cas des émissions supplémentaires de CO2. Par contre le recours pour 40 % du parc de logements à la condensation, technologie immédiatement disponible, simple, peu coûteuse pour la collectivité et abordable pour le consommateur, permettrait déjà d’arriver à une réduction équivalente à 80 % de l’objectif à l’horizon 2030.

Sources : Coénove, Enerzine

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Dans la même catégorie

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.