Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Réactions à l’enquête de l’UFC Que Choisir sur la rénovation énergétique

L’enquête publiée par l’UFC Que Choisir à propos de la rénovation énergétique des logements, qui aboutissait à un constat des piètres performances des professionnels (voir notre article du 4 juin) a provoqué des réactions très différentes de la Fédération Française du Bâtiment (FFB), qui représente ces derniers, et de l’Ordre des ArchitectesLogos de l'ordre des architectes et de la FFB. Si la première conteste une enquête « à charge », le second se déclare en phase avec les conclusions de l’organisme de consommation.

La FFB estime en effet que l’UFC Que Choisir tire des conclusions erronées pour les entreprises et déplore que « cet organisme jette l’opprobre sur toute la profession en affirmant que les artisans et entrepreneurs du Bâtiment ne sont pas prêts pour la démarche RGE (Reconnu Garant de l’Environnement). » Elle juge que l’association se livre à un exercice dévastateur pour la confiance que les particuliers portent aux professionnels du secteur. Elle rappelle par ailleurs que les entreprises labellisées doivent répondre à quatre critères appréciés par un organisme indépendant : « la signature d’une charte d’engagement, une qualification métier, une formation à la performance énergétique et un audit de chantier. »

Les architectes se déclarent quant à eux en parfait accord avec cette étude et reprennent l’argument de l’UFC Que Choisir sur le fait que les professionnels proposent uniquement des travaux en lien avec leur corps de métier. Ils estiment effectivement que seul un architecte et un maître d’œuvre ont la capacité d’élaborer un projet global qui réponde aux objectifs de performance énergétique du bâtiment et qu’ils peuvent seuls constituer une véritable garantie pour le consommateur :  » L’UFC- Que Choisir réclame un chef d’orchestre : un architecte énergéticien. Les architectes et leur équipe de maitrise d’œuvre sont prêts à accomplir cette mission, et le feront avec enthousiasme !« 

Ils concluent sur  le fait que « la mission confiée par les ministères de la Culture et de l’Egalité des Territoires au Conseil général de l’environnement et du développement durable pour « évaluer les impacts de la réforme du calcul de la surface de plancher sur le seuil dispensant du recours obligatoire à l’architecte », concluait dans son rapport de septembre 2013, en comparant architectes, constructeurs, entrepreneurs et particuliers : « Comme on le voit les architectes sont nettement plus en pointe concernant la performance énergétique. »

 

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.