Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Réchauffement climatique : la spirale infernale

Un chercheur de Université de Reading (Royaume-Uni) a eu l’idée de représenter le réchauffement climatique sous la forme d’une image animée, en spirale : une spirale infernale qui symbolise parfaitement la hausse des températures depuis la seconde moitié du XIXème siècle et vaut à elle seule un long discours.

Températures moyennes mensuelles de 1850-2016 Températures moyennes mensuelles de 1850-2016. Crédits : Ed Hawkins

Ed Hawkins, spécialiste du climat dans cette université, a notamment participé au 5ème rapport du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) sur le changement climatique. Il a exploité les données du  Met Office Hadley Centre : il a repris toutes les températures moyennes, mois par mois de 1850 à mars 2016. La spirale obtenue montre qu’actuellement la courbe frôle dangereusement les 1,5° C d’augmentation. 2015 et 2016 montrent même une tendance au décollage !

Pour expliquer cette spirale, l’auteur a précisé certains points concernant des périodes et concrétisant le changement climatique. Il note un épisode El Niño marqué en 1877 et 1878, qui augmente les températures mondiales ; des éruptions volcaniques entre 1890 et 1910 qui entraîne un léger refroidissement ; la fin des éruptions volcaniques, associée à une légère augmentation de l’intensité solaire et des variabilités naturelles, qui entraîne un réchauffement dans la période 1910-1940 ; une période de stabilisation des températures entre 1950 et 1970, la pollution soufrée (utilisation des aérosols) contrecarrant le réchauffement dû aux gaz à effet de serre ; et une période de fort réchauffement entre 1980 et aujourd’hui, dynamisée par de nouveaux épisodes El Niño très forts en 1998 et 2016.

Une autre tendance se révèle inquiétante : depuis 11 mois, chaque mois a battu des records de chaleur au niveau mondial. On peut aussi y ajouter le mois d’avril 2016 (la courbe s’arrête en mars) qui n’a pas échappé à cette règle. Certes l’année a été marquée par un épisode El Niño particulièrement fort, mais ce sont avant tout les émissions de gaz à effet de serre qui s’emmagasinent dans l’atmosphère depuis des décennies qui sont responsables de ce réchauffement.

Sources : Climate Central, Notre Planète-info, Huffington Post