Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Rénovation énergétique : des primes en baisse ou supprimées

billet de banque 10 euros, déchiréIl va devenir plus difficile financièrement de réaliser des travaux d’efficacité énergétique : la prime exceptionnelle pour les propriétaires occupants sous plafond de ressources, financée par le Fonds de soutien de la rénovation énergétique de l’habitat, prend fin avec un an d’avance, tandis que le montant de la prime d’Etat à la réalisation de travaux de rénovation énergétique diminue en 2015.

La première était bien spécifiée « exceptionnelle », mais les demandes pouvaient initialement être déposées jusqu’au 31 décembre 2015. Un avenant paru au Journal Officiel du 27 décembre dernier a ramené cette date au 31 décembre 2014. Cette prime se montait à 1 350 €, sous condition de ressources (revenus inférieurs à 25 000 € par an pour une personne seule, 35 000 € pour un couple). Les fonds non consommés seront redéployés au profit du Fonds d’aide à la rénovation thermique (FART), dédié au financement du programme de lutte contre la précarité énergétique (programme « Habiter mieux » pour les propriétaires occupants), géra par l’Agence Nationale de l’Habitat (ANAH). L’éco-PTZ (prêt à taux zéro) et le CITE (crédit d’impôt transition énergétique) prendront le relais.

La prime d’Etat à la réalisation de travaux énergétique, appelée aussi aide à la solidarité (Ase), versée par le FART, s’élèvera désormais à 1 600 € pour les propriétaires occupants aux « ressources modestes », à 2 000 € pour les propriétaires occupants aux ressources « très modestes » contre 3 000 € en 2014. Pour les propriétaires bailleurs, le montant passera de 2 000 € en 2014 à 1 600 € en 2015. Par contre, il est maintenu à 1 500 €  par lot d’habitation principale pour les syndicats de copropriétaires, selon un décret paru au Journal Officiel du 31 décembre. Le versement de l’Ase reste conditionné à une amélioration de la performance énergétique du logement d’au moins 25 % pour un propriétaire occupant, d’au moins 35 % pour les propriétaires bailleurs ou les syndicats de copropriétaires.

Sources : Batiactu, Actu-Environnement

Cet article a été écrit par : 

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *