Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Retour sur 15 ans d’existence pour la CRE, à l’occasion de la publication du rapport d’activités 2014

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

rapport d'activités CRE 2014La Commission de Régulation de l’Energie (CRE) a été créée en 2000 et fête donc cette année ses quinze ans d’existence. A l’occasion de la publication de son rapport d’activités 2014, elle souligne le chemin accompli dans la construction du marché européen de l’énergie et constate par contre la difficulté de l’apprentissage de la concurrence en France et le peu d’intérêt que lui portent des consommateurs mal informés.

Depuis les premières directives européennes sur un marché unique de l’électricité (1996) et du gaz naturel (1998), la concurrence sur le marché de l’énergie s’est développée en Europe. La CRE, depuis son existence a collaboré à la préparation et parfois anticipé la mise en œuvre des cadres de réseaux, véritables règles communes, sous le contrôle de l’ACER (Autorité de coopération des régulateurs européens). Le projet européen repose aujourd’hui sur trois objectifs : assurer la sécurité d’approvisionnement de l’Europe en énergie, permettre l’accès à tous d’une énergie compétitive dans un marché interconnecté, et le tout dans le cadre d’un développement durable.

La France a franchi au cours de ces quinze années une étape importante : la séparation des activités d’acheminement de gaz naturel et d’électricité, « monopoles naturels » et celles de production et de fourniture. Si l’indépendance des réseaux de transport a totalement abouti depuis 2009, « celle des réseaux de distribution est encore perfectible dans certains pays dont la France. »

Les évolutions sur le plan économique ont été aussi très importantes : « Le passage d’une structure de monopole pour la fourniture d’énergie à une diversification de l’offre en France a nécessité, de la part de tous les acteurs et des consommateurs, un apprentissage de la concurrence et de l’intérêt de celle-ci » souligne la CRE. Si le bénéfice pour client final a largement été démontré pour le gaz naturel, ce n’est pas encore tout à fait probant pour l’électricité. Et la fin des tarifs réglementés, étape déterminante, se révèle particulièrement longue en France, en comparaison avec les pays voisins.

La CRE rappelle ses efforts  de communication et de pédagogie  en faveur des clients finals et remarque que particuliers et professionnels ont tout à gagner en faisant jouer la concurrence, à l’instar de cette initiative de groupement d’achats lancé pour la première fois par l’UFC Que Choisir fin 2013, pour dynamiser une concurrence à laquelle ne pensent souvent ni consommateurs particuliers, ni gros consommateurs d’ailleurs, malgré l’extinction programmé de leurs tarifs réglementés.

Source : CRE

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Les derniers articles

Abonnez-nous au blog !

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

2 réponses sur “Retour sur 15 ans d’existence pour la CRE, à l’occasion de la publication du rapport d’activités 2014”

  1. L’ouverture des marchés de l’énergie à la concurrence permet aux consommateurs de faire de grosses économies sur leurs factures, malheureusement il est vrai que peu de personnes comparent les offres. Pourtant, les tarifs sont parfois jusqu’à 10% moins cher que ceux établis par les tarifs réglementés, comme Lampiris pour son offre de gaz.

  2. C’est vrai qu’il est désormais possible de réaliser de belles économies. Il faut simplement passer du temps à éplucher les différentes offres en détails et définir quel contrat est le plus avantageux en fonction de votre propre situation. Des professionnels peuvent aussi le faire pour vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.