Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

RGE : de nouvelles polémiques

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

rénovation énergétiqueAprès une enquête de terrain menée pour vérifier la qualification et la fiabilité des professionnels de la rénovation énergétique qualifiés RGE (Reconnu Garant de l’Environnement), l’UFC Que Choisir dresse un constat sévère et affirme « Rénovation énergétique : Performance zéro des professionnels ! » tant les résultats lui ont paru désastreux. Qualibat répond et tente de démontrer que, malgré des imperfections du système, la qualité des travaux est au rendez-vous. La Cinov (fédération des syndicats des métiers de la prestation intellectuelle du conseil, de l’ingénierie et du numérique) réagit à son tour pour rappeler la nécessité de la présence d’une maîtrise d’œuvre pour des travaux de qualité, rôle que les ingénieurs indépendants souhaitent tenir dans une approche globale.

L’UFC Que Choisir avait déjà réalisé une enquête accablante auprès des artisans RGE en 2014. Face à la recrudescence des litiges liés à la rénovation énergétique, elle a récidivé en collectant des devis pour 10 maisons mal isolées. Seuls 8 % des artisans appelés ont fait un examen consciencieux du bâti, les autres évaluations relevant plus d’une « visite de courtoisie. » En ce qui concerne la préconisation des travaux, l’association parle de « grand n’importe quoi. » La baisse moyenne estimée de la consommation d’énergie ne dépassant pas 27 %, très loin de l’objectif de la loi (-75 % d’ici 2050). 

Prix excessifs (jusqu’à 2,8 fois plus supérieurs aux tarifs constatés sur le marché), aide souvent oubliées, devis non conformes : les griefs sont nombreux. Face à cette situation, l’association alerte les consommateurs mais demande surtout aux pouvoirs publics d’intervenir pour une totale remise à plat de la qualification RGE, la promotion d’une filière d’experts indépendants, l’instauration d’une obligation de résultat et une responsabilisation des prêteurs.

Pour Alain Maugard, président de Qualibat, s’il ne nie pas les imperfections du système, l’enquête est « biaisée, injuste et va à l’encontre de l’intérêt des consommateurs » car elle ne concerne que la prescription de travaux et non à leur réalisation, et ne s’intéresse qu’à « des maisons individuelles en situation d’épave thermique » (peut-être moins de 20 % des cas) : « Dans ce cas précis, la meilleure réponse vient effectivement de l’ingénierie ou de l’architecte. Nous n’avons jamais prétendu que les entreprises RGE  étaient spécialistes de la prescription. L’UFC-Que Choisir a raison de prôner la présence d’un ingénieur spécialiste. Mais il ne faut pas tirer de conclusions générales à partir d’un échantillon aussi ridiculement petit de 10 maisons. Ce n’est pas honnête intellectuellement. Je respecte les informations données par l’UFC mais elles indiquent une tendance. » Il estime que la mention RGE est bien synonyme de qualité même si « il y a des écarts sur la qualité de service, tout n’est pas parfait, mais l’efficacité réelle des travaux a de très bons retours » et conclut : « Personne dans les petites entreprises n’était qualifié avant RGE. Désormais, 40.000 le sont. Leurs compétences méritaient cette qualification. Nous avons fait un tri pour faire progresser la qualité du bâtiment. »

Le président de Cinov Constructions, Gilles Charbonnel, rappelle quant à lui que « Cinov Construction, depuis de nombreuses années, plaide pour qu’une maîtrise d’œuvre soit présente dans les opérations de rénovation énergétique ; l’ingénierie est seule à même de réaliser un diagnostic pertinent, de concevoir avec une approche globale (tant techniques qu’économiques) et de faire des préconisations cohérentes et indépendantes » car « la meilleure réponse vient effectivement de l’ingénierie ou de l’architecte. » Il ajoute : « Il est illusoire de penser que 3 jours de formation suffisent à transformer un artisan en ingénieur » et rappelle enfin que « la filière d’experts indépendants préconisée par l’UFC existe au travers des bureaux d’ingénierie présents sur le territoire. »

Sources : UFC Que Choisir, Batiactu du 09/12, Batiactu

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Une réponse sur “RGE : de nouvelles polémiques”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.