Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

RTE pense aux cigognes

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

cigogne blancheLe remplacement progressif des lignes électriques aériennes par des souterraines, s’il est apprécié par les humains, ne l’est pas forcément par les cigognes qui, au retour de leur migration, ne retrouvent plus leurs nids. Ce n’est pas encore trop le problème actuellement : elles sont parties vers des cieux plus cléments, mais à leur retour, au printemps, elles seront certainement heureuses d’apprendre que RTE (Réseau de Transport d’Electricité) a commencé à penser à elles. Loi sur la biodiversité oblige !

Ainsi, dans l’est de la Nièvre, la mise en service de la nouvelle ligne souterraine entre les postes de Corbigny et de Vignol a ouvert la voie au démontage de l’ancienne ligne aérienne (qui reliait le poste de Champvert à celui du Creusot (Saône et Loire) et de ses pylônes. Mais certains aussi servaient de perchoirs à des nids de cigognes. En partenariat avec la Ligue de Protection des Oiseaux (LPO) de la Nièvre, RTE a dû trouver une solution respectueuse de la biodiversité.

En effet, dès juin 2015, l’expertise de la LPO a été demandée afin d’identifier les espèces d’oiseaux protégés appréciant l’habitat, mis gracieusement à leur disposition (et à son insu) par RTE, sur les pylônes de l’ancienne ligne électrique à 150 000 volts. C’est ainsi que plusieurs nids de cigognes ont été identifiés.

Pas question de déloger les occupants, ni de détruire leur habitat ! L’entreprise et l’association ont donc travaillé ensemble sur une solution de remplacement digne de contenter tout le monde, dont les principaux intéressés : les hôtes des lieux. Celle-ci s’est concrétisée par l’installation de nouveaux mâts et nacelles, effectuée fin octobre, dont l’emplacement a été minutieusement choisi et préparé à proximité des points d’eau pour assurer l’alimentation des animaux.

La LPO de la Nièvre doit assurer pendant trois ans le suivi des conditions de réappropriation des nouveaux habitats par les oiseaux. Espérons qu’à leur retour les cigognes trouveront à leur goût les supports de leurs nouveaux logis !

Source : RTE

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Dans la même catégorie

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.