Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

RTE : une sécurité d’approvisionnement sous surveillance cet hiver

RTE (Réseau de Transport d’Electricité) vient de publier ses prévisions concernant la sécurité d’approvisionnement en électricité  pour l’hiver 2018-2019. Malgré des marges de manœuvre faibles, l’opérateur estime pourvoir l’assurer, mais place sous vigilance la période allant de mi-janvier à fin février 2019.Sécurité d'approvisionnement

Une sécurité approvisionnement dépendant des températures

RTE prévoit une consommation d’électricité relativement stable par rapport à l’hiver dernier, mais qui reste très dépendante des températures. En effet, cette sensibilité à la température s’avère très importante en France, en raison des très nombreux chauffages électriques et dans un contexte où des efforts restent à faire en matière d’isolation thermique. Ainsi, pour chaque degré en moins, la consommation peut augmenter jusqu’à 2 400 MW, soit l’équivalent de la consommation de la ville de Paris intra-muros.

A températures de saison, le pic de consommation s’élèverait 85 000 MW et la sécurité d’approvisionnement serait assurée. Mais, en cas de vague de froid décennale (6,5° en dessous), celui-ci pourrait monter jusqu’à 100 000 MW et à 109 000MW en cas de vague de froid centennale (12° en-dessous). Or, une valeur proche du record historique (102 000 MW en 2012) ne pourrait être gérée sans recourir à des moyens spéciaux (appel aux gestes citoyens et d’économie d’énergie, interruptibilité de gros consommateurs industriels volontaires, baisse de la tension sur les réseaux de distribution, voire en dernier recours, des coupures momentanées, localisées et tournantes).

Une vigilance accrue pour mi-janvier à fin février

En automne et en fin d’hiver, toutefois, RTE compte sur une meilleure disponibilité des centrales nucléaires que l’an dernier. Mais 5 centrales seront à l’arrêt entre la mi-janvier et la fin février (contre 3 en 2017) : la disponibilité nucléaire sera alors à son minimum décennal.

En revanche, les énergies renouvelables continuent leur développement et participent davantage à la sécurité d’approvisionnement en électricité. Pour l’éolien, la capacité installée atteindra 14 500 MW cet hiver. Cependant, des conditions météorologiques anticycloniques accompagnant une vague de froid pourraient conduire à une baisse significative de production.

Pour le solaire, les 8 500 MW raccordés dépendent fortement de l’ensoleillement. Pour l’hydraulique, les stocks d’eau des barrages de France pour la production d’électricité seraient, selon les informations des concessionnaires, supérieurs aux niveaux habituels à l’automne.

Malgré les fermetures des centrales thermiques (charbon et fioul) qui se poursuit, la disponibilité des groupes restants est maximale cet hiver. De plus, les fermetures ont été compensées par la mise en service d’une centrale au gaz, le développement des énergies renouvelables et une nouvelle interconnexion avec l’Espagne.

Effacements et interconnexions en secours

Par ailleurs, les effacements restent stables (ils atteindront 2 700 MW cet hiver). Toutefois la fiabilité des offres d’effacement  n’est pas au rendez-vous, selon les expériences des années passées et RTE retient une disponibilité moyenne des offres d’effacement  à 50 % pour cet hiver.

Enfin, les pays voisins jouent un rôle essentiel dans la sécurité d’approvisionnement de la France. Les interconnexions permettent, en cas de risque sur l’approvisionnement français, de faire appel aux capacités disponibles en Europe.

« Le système électrique français sera équilibré mais sans marge, jusqu’en 2020, en raison de la fermeture d’une partie des moyens de production thermiques français, ces dernières années.

Après l’hiver 2020, des marges de sécurité devraient réapparaître. Elles permettraient la fermeture, progressive, des cinq unités de production charbon situées sur les sites de Cordemais (Loire Atlantique), du Havre (Seine-Maritime), de Gardanne (Bouches-du-Rhône) et de Saint-Avold (Moselle) ainsi que la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin)« , conclut RTE.

Source : RTE

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.