Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Sacs d’emballage de fruits et légumes : de nouvelles recommandations de l’ADEME

Les sacs d'emballage de fruits et légumesL’ADEME vient de publier un Avis sur l’impact environnemental des sacs d’emballage des fruits et légumes présents dans les magasins alimentaires. Cela concerne aussi bien leur fabrication, leur utilisation, la gestion de leur fin de vie que, trop souvent, leur abandon dans la nature. L’agence formule plusieurs recommandations afin d’alléger cet impact, et revient notamment sur les mentions « compostables » et « biodégradables » qui peuvent induire le consommateur en erreur.

Les bonnes pratiques des sacs d’emballage de fruits et légumes

Pour rappel, depuis le 1er janvier 2017, les seuls sacs plastiques à usage unique autorisés sont les sacs « compostables en compostage domestique » et constitués de matière biosourcée (à 50 % à partir de 2020). Actuellement différents sacs coexistent dans les commerces. On trouve en effet les sacs plastiques biosourcés (actuellement encore à 40 %) et compostables domestiquement, les sacs en papier ou hybrides (ceux qui présentent une fenêtre plastique), les sacs réutilisables (50μm d’épaisseur) ou encore en tissu.

Afin d’inciter les consommateurs à un changement de comportement envers ces sacs d’emballage de fruits et légumes, l’ADEME formule un certain nombre de recommandations. La première consiste à privilégier les sacs réutilisables et à maximiser leur emploi (a minima une dizaine de fois). Mais il ne suffit pas de se fonder sur leur seule épaisseur pour inciter au réemploi. Il faut aussi prendre en compte d’autres critères telles que la praticité, la résistance, la facilité de le nettoyer (en machine à laver par exemple pour les sacs en tissu), la facilité d’ouverture/fermeture, le volume utile. De plus, un sac réutilisable jeté est plus impactant pour l’environnement du fait de son épaisseur.

L’agence recommande également de rendre payant la mise à disposition des sacs d’emballage de fruits et légumes, et plus généralement de tous les sacs. Cette mesure devrait contribuer à inciter le consommateur à porter une plus grande attention à l’utilité de prendre un sac, ainsi qu’à l’usage qu’il en fait. D’autres possibilités résident dans la réduction de l’épaisseur des sacs, tout en les gardant suffisamment résistants pour leur usage, et dans le choix des matières premières plus respectueuses de l’environnement (lin ou chanvre à la place du coton par exemple pour les sacs en tissu). Proposer au consommateur des sacs de tailles diverses répondrait également mieux à ses besoins réels.

Revoir certaines mentions

Enfin, et quel que soit le sac, la mention « ne pas jeter dans l’environnement » devrait y être apposée. Autre mention, mais cette fois à supprimer : le terme « biodégradable » dans les communications vers le grand public, afin d’éviter toute confusion. « En effet, ce terme est aujourd’hui mal compris par le consommateur qui considère parfois que le produit peut être jeté dans la nature sans conséquence », précise l’ADEME.

D’autres mesures recommandées par l’Agence concernent les sacs dits « compostables domestiquement ». Mention d’ailleurs qu’elle souhaite voir disparaître au profit de « peut être utilisé pour le tri des biodéchets, sauf indication contraire de la collectivité ». En effet, pour que ces sacs se compostent réellement, il faut appliquer de bonnes pratiques (brassage, humidité, etc.) en composteur fermé et avec des températures extérieures proches de celles définies dans la norme, soit 25°C environ (-/+ 5°C). Conditions pas toujours rassemblées dans le compostage domestique.

Sinon, des morceaux subsistent. Il vaut donc mieux, pour ceux qui bénéficient d’une collecte des biodéchets, de réemployer les sacs d’emballage de fruits et légumes compostables à l’intérieur d’un bio-seau, évitant ainsi l’utilisation de nouveaux sacs. Pour les autres, il faut soit trier les sacs plastique compostables dans le bac de tri sélectif pour les territoires déjà en extension des consignes de tri, soit la poubelle normale (déchets ménagers).

Source : ADEME

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.