Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Se déplacer ou comment certaines propositions de la Convention citoyenne rejoignent les programmes d’Eco CO2

La Convention citoyenne pour le climat a pour mandat de définir une série de mesures, permettant d’atteindre une baisse d’au moins 40 % des émissions de gaz à effet de serre (GES) d’ici 2030, dans un esprit de justice sociale. Elle a dévoilé le 13 juin 150 mesures réparties en six thématiques, et parmi elles, se déplacer. Elles ne seront sans doute pas toutes acceptées, mais certaines tendent vraiment à faire changer les comportements. Un changement de comportement inscrit dans l’ADN d’Eco CO2.

Se déplacer : les propositions de la convention citoyenne

Une thématique : se déplacer, et différents objectifs

Les déplacements des personnes et des marchandises occasionnent aujourd’hui 30 % des émissions de GES en France. Leurs origines se partagent essentiellement entre les voitures (52 % au total), les poids lourds (19 %), les véhicules utilitaires (19 %) et les vols intérieurs (4 %). Il est, selon la Convention citoyenne, crucial d’agir pour changer individuellement et collectivement nos comportements.

Pour à la fois continuer à se déplacer et à transporter les marchandises tout en atteignant les objectifs de réduction de CO2, ce changement de comportement doit également s’accompagner d’évolution des technologies et de l’organisation du territoire. La convention définit ainsi 5 familles d’objectifs pour la thématique se déplacer :

  • A – Modifier l’utilisation de la voiture individuelle, en sortant de l’usage de la voiture en solo et en proposant des solutions alternatives au modèle dominant (voiture thermique et autosolisme) ;
  • B – Réduire et optimiser le transport routier de marchandises en permettant un transfert modal vers le ferroviaire et/ou le fluvial ;
  • C – Aider à la transition vers un parc de véhicules plus propres, en réglementant les véhicules déclarés aptes à circuler et en accélérant la mutation par rapport à ce qui est prévu aujourd’hui ;
  • D – Agir au niveau local avec les entreprises et les administrations pour organiser mieux les déplacements ;
  • E – Limiter les effets néfastes du transport aérien.

Changer les comportements pour se déplacer plus proprement

Le premier objectif vise directement les comportements actuels des citoyens pour lesquels, le recours à la voiture individuel et l’autosolisme pour se déplacer sur le trajet domicile/travail est de règle. La Convention propose d’inciter à utiliser les transports doux ou partagés et le recours aux transports collectifs.

Ce même comportement se retrouve sur les trajets domicile/école, où la règle, pour près de 70 % des cas, est de déposer son enfant en voiture devant l’établissement scolaire. Souvent pourtant, d’autres solutions se révèlent envisageables : le recours à la marche à pied ou au vélo accompagné par un parent, l’utilisation des transports scolaires ou des transports en commun. Cet objectif est celui de notre programme MOBY, qui concernent tous les élèves de la petite section de maternelle à la terminale. Au travers des Plans de déplacement établissement scolaire (PDES), des mesures comme l’aménagement de pistes cyclables, proposées par la Convention, peut parfaitement être étudié. Au-delà, Moby répond aussi à une autre proposition de la Convention Citoyenne : intégrer les citoyens aux Autorités organisatrices de la mobilité à toutes les échelles. Et d’abord les scolaires.

Les déplacements de marchandises, un poids lourd en CO2

L’objectif de réduire et optimiser le transport routier des marchandises s’appuie également sur une série de mesures qui s’adressent aussi bien aux entreprises de transport qu’aux chargeurs. Pour les première, la Convention citoyenne propose pour les premiers, entres autres, d’imposer un suivi régulier de la formation des chauffeurs à l’écoconduite, et pour les chargeurs, d’intégrer des clauses environnementales.

Autant de points qui rejoignent la charte Objectif CO2, dans laquelle le programme EVE (Engagements Volontaires pour l’Environnement) cherche à inciter et à accompagner les entreprises de transports routiers et les chargeurs soucieux de réduire leur empreinte environnementale. Programme EVE dans lequel notre entreprise est engagée aux côtés de l’ADEME.

Promouvoir des véhicules plus propres

Enfin, pour l’objectif d’aider à la transition vers un parc de véhicules plus propres la Commission propose une mesure d’aide incitative pour les ménages et les professionnels vers des véhicules peu polluants, voire même la création d’un prêt à taux zéro pour les véhicules les plus propres. Des mesures qui peuvent s’appliquer notamment aux voitures électriques.

Or, pour le développement des voitures électriques qui permettent de se déplacer plus proprement, Eco CO2 collabore avec l’Avere-France dans le programme ADVENIR (Aide au Développement des Véhicules Electriques grâce à de Nouvelles Infrastructures de Recharge). Il vise à promouvoir la mobilité électrique via l’installation de bornes de recharge sur tout le territoire français.

Sources : Convention citoyenne, Eco CO2

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Dans la même catégorie

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.