Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Subventions aux voitures électriques : coûteux et sans grand résultat au Canada

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

recharge d'un véhicule électriqueUne étude de l’Institut Economique de Montréal (Canada), intitulée Les subventions aux voitures électriques sont-elles efficientes ?, montre que pour le pays subventionner l’achat d’un véhicule électrique serait la façon la moins efficace et la plus coûteuse de réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES).

Cette étude paraît alors que le Québec et l’Ontario se sont lancés dans une dynamisation de la vente des véhicules électriques, par un système de subvention : 8 000 dollars au Québec pour l’achat d’un véhicule électrique ou hybride rechargeable et jusqu’à 14 000 en Ontario, afin de diminuer les émissions de gaz à effet de serre. Or, soutient Germain Belzile, chercheur associé senior à l’IEDM et coauteur de la publication, « C’est tout simplement du gaspillage ! Non seulement ces programmes coûtent une fortune aux contribuables, mais ils ont aussi peu d’effet sur les émissions de GES. »

En effet, selon l’étude, si l’objectif ambitieux de 1 million de véhicules électriques au Québec, et autant en Ontario, était atteint, il ne permettrait d’éviter que 3,6 % des émissions de GES pour le premier et 2,4 % pour le second. Et ces subventions coûtent fort cher aux contribuables canadiens : 523 dollars pour chaque tonne de CO2 épargnée en Ontario et 288 dollars au Québec.

D’autres solutions coûteraient moins cher dans le cas particulier du Canada, selon le chercheur. « Entre les différentes mesures incitatives qui donnent les mêmes résultats, la méthode la plus coûteuse ne devrait jamais être privilégiée. Or, subventionner l’achat d’un véhicule électrique représente sans contredit la pire option parmi les solutions actuelles. » Pour le même objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre, le marché du carbone qui regroupe actuellement la Californie et le Québec, et bientôt l’Ontario, coûte 18 dollars par tonne de CO2 évitée, soit 29 fois moins cher pour l’Ontario. L’éventuel dispositif de taxe fédérale sur le carbone coûterait entre 10 et 50 dollars, soit jusqu’à 52 fois moins que le système de subvention pour l’Ontario et de 16 à 29 fois moins pour le Québec.

« Les coûts réels sont probablement plus élevés encore, puisque la moitié des acheteurs de véhicules électriques en feraient l’achat même sans la subvention » explique Mark Milke, analyste de politiques publiques indépendant et coauteur de la publication. « Il s’agit ici d’une pure perte, sans effet de réduction des GES Les gouvernements québécois et ontarien doivent se rendre à l’évidence. Les subventions à l’achat de véhicules électriques ont non seulement peu d’effet sur les émissions de GES mais coûtent aussi très cher aux contribuables. Le bon sens économique et même écologique plaide en faveur d’une réduction de ces subventions, voire même leur élimination » conclut-il.

Source : Institut Economique de Montréal

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.