Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Télétravail : le confinement, test grandeur nature

Le télétravail

Pendant le confinement et ses suites, le télétravail est devenu la règle, du moins pour les emplois qui le permettaient. Cela a été aussi l’occasion, pour de nombreuses entreprises, de tester grandeur nature l’efficacité du travail à distance, tant du point de vue des économies qu’elles ont pu réaliser que de la productivité de leurs salariés. Cette période a permis à beaucoup de prendre conscience de ce que le travail à domicile pouvait leur apporter en qualité de vie.

Pour salariés et entreprises, une expérience

Certains salariés choisissent de télétravailler à domicile depuis quelques années, que ce soit à plein temps ou pour un nombre donné de jours par semaine ; cela correspond généralement à des contraintes spécifiques et ils ont déjà eu le temps de s’organiser. Mais pour d’autres, travailler à domicile pendant la période du confinement a vraiment représenté un saut vers l’inconnu. Organiser son poste de travail chez soi n’est pas toujours facile.

Du côté des entreprises également, la situation s’est présentée différemment. Pour celles qui s’étaient déjà engagées sur cette voie, cette période leur a permis de poursuivre ou d’accélérer leur digitalisation. Elles ont ainsi pu mesurer l’efficacité de leurs solutions, et notamment l’utilisation des systèmes de visioconférence et des espaces collaboratifs, mais aussi les économies financières éventuelles, la productivité de leurs salariés, etc. Pour ces entreprises qui travaillent déjà à la digitalisation de leurs services, le déploiement a été extrêmement rapide.

Le télétravail, une pratique à privilégier

Pour Karim Bernoussi, président-fondateur d’Intelcia, « La montée du digital et des nouvelles technologies sont une opportunité qui va servir à créer de nouvelles perspectives et activités pour le secteur ». L’impact du télétravail dans le modèle d’après crise sanitaire est réel. 76 % des Français estiment que les entreprises doivent le développer. Cela reste actuellement une pratique à privilégier. Mais au-delà de cette période, nombreuses sont celles qui entendent le poursuivre. Selon le Ministère du travail, le taux de métiers éligibles au télétravail en France se situe à 60 %.

Les bénéfices pour les salariés sont certains : un gain d’efficacité avec moins de temps passé dans les transports, un meilleur équilibre entre vie professionnelle et personnelle, une réduction du stress des déplacements quotidiens et une contribution à la réduction des émissions de CO2 liées aux transports. Mais cela exige de nouvelles façons de travailler, avec prise en compte de l’ergonomie à domicile pour organiser son poste de travail, de nouveaux styles de relation avec les collègues pour poursuivre le lien social, combattre l’isolement et trouver son bien-être au travail. Et la déconnexion du travail doit rester réelle.

Travailler à distance a ses avantages et ses inconvénients

L’entreprise peut y gagner une réduction de l’empreinte immobilière dans ses coûts de fonctionnement. Ainsi PSA prévoit déjà la réduction de son parc immobilier par l’accélération du recours au télétravail. Dans les grandes entreprises, 20 à 30 % des postes pourraient basculer vers le travail à distance. Ceci laisse envisager des réductions des surfaces de bureaux loués. Privilégier le télétravail entraîne effectivement une baisse des besoins en mètres carrés. D’ores et déjà de nombreuses surfaces de bureaux trouvent difficilement preneurs.

Cela a aussi des conséquences sur la relation entre l’entreprise et le salarié. Car le télétravail a ses avantages pour chacune des deux parties, mais aussi ses inconvénients. Les entreprises doivent déjà laisser le choix à leurs salariés en leur offrant un univers plus flexible. Elles doivent par ailleurs accompagner ceux qui choisissent ce nouveau mode de travail et leur permettre de travailler dans de bonnes conditions.

Y goûter, c’est l’adopter pour 8 personnes sur 10

Une étude, menée par le groupe spécialisé dans la protection sociale Malakoff Humanis, montre ainsi que 84% des salariés souhaitent poursuivre le télétravail à domicile. Pourquoi ? Parce que travailler à distance leur a apporté plus de souplesse et de flexibilité, davantage d’autonomie et de responsabilisation, une meilleure conciliation vie professionnelle et vie personnelle et plus d’engagement et d’efficacité dans le travail. Mais près d’un quart des télétravailleurs reconnaissent aussi une baisse de l’activité physique, une dégradation de la posture de travail et enfin avoir du mal à déconnecter du travail.

Mettre en place le télétravail nécessite une ouverture d’esprit des dirigeants d’entreprises. Ils doivent accepter de faire évoluer des pratiques de management de proximité bien ancrées dans les habitudes. Accepter aussi d’intégrer la vie personnelle de leurs collaborateurs au travail. Et surtout veiller aux relations entre collègues, avec de nouveaux schémas d’organisation à mettre en place.

La crise a levé une partie des résistances à la pratique du travail à distance. Mais beaucoup d’entreprises ont dû réagir vite, voire improviser. Il faut maintenant envisager cette nouvelle organisation du travail sur le long terme, en trouvant les solutions les mieux adaptées. Refonte du processus business, adaptation de son modèle social, autant de tâches à réaliser pour réussir à mettre en place un télétravail durable.

Sources : Journal du Net, Au féminin

Cet article a été écrit par : 

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *