Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Tout pour des vacances écoresponsables !

tourisme responsableAlors que 2017 a été proclamée par les Nations Unies « Année Internationale du tourisme durable pour le développement » , il était nécessaire de nous donner quelques conseils pour bien profiter de nos vacances tout en préservant l’environnement. L’Ademe a donc rassemblé quelques recommandations afin de nous transformer en touristes écoresponsables.

Si l’ONU a pour ambition d’encourager les politiques et l’industrie du tourisme à prendre en considération le potentiel du tourisme pour sensibiliser les vacanciers à faire évoluer leur comportement par le choix de destination, des conditions de voyages, de la consommation et des achats, l’agence nous recommande quant à elle de partir moins, mais plus longtemps.

En effet, multiplier les petits voyages à l’étranger dont les offres alléchantes ornent les magazines, c’est augmenter considérablement son impact sur l’environnement (trajets en avion répétés : mode de transports très émetteur de gaz à effet de serre). En partant moins souvent mais plus longtemps, on pollue moins !

Mais l’hébergement requiert aussi une attention particulière : mieux vaut privilégier des hébergements certifiés par l’Ecolabel européen : la France seulement en compte déjà 342. Cet écolabel signale à l’attention de l’hôte la mise en place de mesures écologiques strictes et quantifiées :

  • L’utilisation et l’achat d’énergies renouvelables ;
  • Une consommation réduite d’énergie ;
  • La préservation de la ressource en eau ;
  • L’achat de produits écoresponsables ;
  • La valorisation des déchets et la lutte contre le gaspillage ;
  • Une sensibilisation des employés et des clients aux écogestes.

Pour partir, le train est bien sûr le moyen le moins énergivore et le moins polluant, mais si on persiste à prendre sa voiture, on peut toutefois alléger son bilan carbone en vérifiant la pression des pneus (des pneus sous-gonflés entraînent une consommation supplémentaire et sont de plus dangereux), en ne chargeant pas trop son véhicule (100 kg de plus = 5 % de consommation de carburant supplémentaire) et en optant pour une remorque ou un coffre de toit plutôt qu’un galerie (à enlever après utilisation). Ajoutons à cela d’éviter les heures d’affluence (2 fois plus de carburant utilisé dans les bouchons qu’en roulant à pleine vitesse), de rouler à vitesse modérée (10 km/h en moins peuvent permettre d’économiser jusqu’à 5 litres de carburant et près de 12 kg de CO2) et d’utiliser à bon escient la climatisation.

Enfin sur place, transformons-nous en touristes écoresponsables : ne pas sortir des sentiers pour épargner la flore locale, surveiller la qualité de l’eau avant de se baigner, ramasser ses déchets, ne pas s’enduire d’huile solaire juste avant la baignade (elle forme un écran, à la surface de l’eau, qui ralentit la photosynthèse des végétaux sous-marins), privilégier la marche à pied et le vélo plutôt que la voiture et respecter les différentes consignes.

De nombreux conseils restent à découvrir sur le « passeport vert », créé par le programme des Nations Unies pour l’Environnement.

Source : Ademe

Cet article a été écrit par : 

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *