Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Trajets domicile-établissement scolaire : le Baromètre 2021 d’Eco CO2

A l’occasion de la Semaine Européenne de la Mobilité qui se tiendra du 16 au 22 septembre, Eco CO2, porteur du programme national d’écomobilité scolaire Moby, dévoile les résultats de son deuxième baromètre réalisé par l’IFOP concernant « les parents et les transports domicile-établissement scolaire ». Les mobilités actives sont encore très minoritaires pour ces trajets domicile-établissement scolaire, mais progressent tout doucement.

trajets domicile-établissement scolaire

Plus de 26 millions de trajets domicile-établissement scolaire

En France, les transports domicile – établissement scolaire représentent plus de 26 millions de trajets réalisés chaque jour en période scolaire par les élèves, les enseignants et les personnels des écoles. Ils sont souvent source d’embouteillages, d’insécurité routière et de pollution aux heures d’entrée ou de sortie. A ce titre, des municipalités commencent à piétonniser ou fermer des voies à la circulation aux abords des établissements scolaires. Ces mesures sont souvent en lien avec le développement des zones à faibles émissions mobilité (ZFE-m) et la Loi d’Orientation sur les Mobilités (LOM) afin de réduire l’impact environnemental du transport.

Le baromètre Eco CO2 révèle que ces déplacements courts et réguliers sont des leviers clés pour déployer les modes de transports actifs et partagés.

La voiture toujours privilégiée, mais la marche progresse

En dépit de courtes distances séparant l’établissement scolaire du domicile, la voiture individuelle reste le mode de transport privilégié (31 % des sondés), même si la marche à pied progresse (+ 3 % par rapport à 2020 soit 28 %).

Parmi les parents qui conduisent leur enfant à l’école, 26 % déclarent réaliser un trajet exclusif pour le déplacement scolaire et 17% faire un détour par rapport à leur itinéraire domicile-travail. Le covoiturage reste marginal (1%).

La mobilité active, marche à pied et vélo, représente quant à elle 30% des trajets domicile-établissement scolaire. 15 % des élèves utilisent les bus et 18 % les cars scolaires. Conséquence possible d’une montée en puissance de la vaccination, on note une reprise de confiance envers les transports collectifs par rapport à l’année dernière puisque les parents encouragent moins les enfants à recourir au transport individuel. En 2021, 45 % des parents préconisent l’usage des transports individuels pour leur enfant, contre 55 % en 2020.

39 % des élèves habitent à moins de 2 km de leur établissement et 64 % dans un rayon de 5 km. 60 % des parents indiquent ainsi que leur enfant met moins de 15 minutes pour se rendre à son établissement scolaire.

Un atout : la santé, mais un frein : la sécurité

55 % des parents sont prêts à privilégier la mobilité active. Ce résultat monte à 65 % pour les parents dont le domicile est situé à moins de 2km. Cette opinion est motivée aussi bien par des raisons de santé (47 %) que par des raisons écologiques (45 %). Pour les parents, le bénéfice des mobilités actives sur la santé des enfants est globalement bien identifié. 80 % d’entre eux estiment en effet qu’elles ont un impact positif sur la prévention à long terme des maladies cardio-vasculaires et sur le contrôle du poids de l’enfant.

55 % des parents attendent des pouvoirs publics de faciliter l’utilisation des mobilités actives pour les trajets domicile-établissement scolaire, en aménageant les pistes cyclables ou la piétonisation de certains quartiers. Alors que la sécurité constitue le premier critère d’arbitrage entre les différents modes de transport, 59 % des parents citent comme principal frein à l’utilisation des mobilités actives leur dangerosité supposée. Le vélo en fait sans doute les frais. Il reste minoritaire. Comme l’année dernière, il représente seulement 2 % des modes de déplacement choisi, alors que son usage connaît un bel essor dans la population.

« Ce second baromètre révèle que les courtes distances domicile – établissement scolaire sont adaptées au développement des mobilités actives et partagées si la sécurisation des abords des établissements est jugée suffisante. Il faut noter que 74 % des parents sont volontaires pour participer à des concertations sur le sujet », commente Bertrand Dumas, Chef de projet Moby.

Le Pr Daniel NIZRI, Président de la Ligue nationale contre le cancer, souligne l’importance d’adopter les modes de transports actifs pour la santé : « Le manque d’activité physique est un enjeu majeur de santé publique, notamment chez les enfants. Grâce aux rues scolaires ou au programme Moby d’ECO CO2, nous pouvons repenser les déplacements autour des établissements scolaires et favoriser la marche à pied, le vélo, la trottinette, etc. ».

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.