Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Transition énergétique : négaWatt présente son scénario 2022

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

L’Association négaWatt mène tous les cinq ans un exercice prospectif qui se conclut par la présentation d’un scénario de transition énergétique pour le France. Elle a présenté fin octobre son cinquième scénario, La transition énergétique au cœur d’une transition sociétale, dont le but est d’atteindre la neutralité carbone en 2050 en s’appuyant à 96 % sur des ressources énergétiques renouvelables, tout en réduisant fortement l’extraction de matières premières dans la croûte terrestre.

Un scénario de transition énergétique compatible avec l’objectif européen

transition énergétique : scénario négaWatt

Compatible avec l’objectif de -55 % de gaz à effet de serre (GES) fixé au niveau européen à l’horizon 2030, ce scénario de transition énergétique offre des propositions respectant les limites physiques de la planète pour permettre « à moyen et long terme des conditions de vie décentes à tous nos concitoyens et à leurs descendants ».

Ce cinquième scénario négaWatt comporte deux nouveautés par rapport au précédent : il comptabilise les émissions importées et évalue les évolutions possibles de consommation et de production de matériaux. Il permet d’atteindre la neutralité carbone en 2050, ainsi qu’un mix énergétique à 96 % renouvelable.

« La transition énergétique revêt de multiples aspects qui sous-tendent in fine ce qu’il faut bien appeler une transition sociétale », explique négaWatt. Ce scénario vise à traduire les objectifs incontournables en mesures concrètes. La démarche négaWatt s’appuie pour cela sur l’application de trois principes : sobriété, efficacité et sources renouvelables, à tous les secteurs consommant/produisant de l’énergie et des matériaux. Orienté vers l’atteinte des 17 Objectifs de développement durable fixés par les Nations-Unies (ODD), il conduit à la division par deux de la consommation d’énergie finale en 2050 par rapport à aujourd’hui.

Quatre impacts principaux

Les bilans chiffrés du scénario de transition énergétique aboutissent à quatre impacts sur des marqueurs essentiels. Le premier consiste en des émissions territoriales de GES de la France divisées par neuf entre 2019 et 2050. Cette diminution est possible, grâce entre autres à la réduction des émissions importées et à une augmentation des puits de carbone par le développement de pratiques agroécologiques et à une stratégie « zéro artificialisation nette ».

Le second impact agit sur l’emploi avec la possibilité d’en créer au moins 500 000 d’ici une dizaine d’années dans les métiers de la transition énergétique. La rénovation complète et performante des bâtiments crée à elle seule près de 300 000 emplois, les énergies renouvelables plus de 100 000. D’autres activités comme l’écoconception, le recyclage, la réparation, les services d’efficacité énergétique seront aussi sources d’emplois, ainsi que les relocalisations industrielles.

Troisième point, ce scénario amène à une amélioration de la santé de la population française. Le scénario considère pour cela différents paramètres : un régime alimentaire plus équilibré), une meilleure qualité de l’air, de l’eau et des sols (baisse des émissions de particules, diminution des émissions d’ammoniac d’origine agricole et des rejets de pesticides et nitrates) et le développement des modes actifs de mobilité.

Enfin, quatrième marqueur impacté, l’empreinte matière de la France passe de 850 à 600 millions de tonnes de matériaux bruts, réduisant d’autant la pression exercée sur les ressources naturelles. Cette baisse provient pour beaucoup de la suppression quasi-totale des énergies fossiles dans ce scénario de transition énergétique. Le moindre usage de matières minérales rendu possible par la sobriété, le recyclage, etc., contribuent aussi à cette diminution.

« À rebours des injonctions à produire et consommer toujours davantage, au mépris des limites planétaires, le scénario négaWatt trace une voie pour réduire les effets du dérèglement climatique tout en améliorant la vie en société. Chaque dixième de degré compte : le temps d’agir est venu en orientant toutes nos politiques sur le chemin de la sobriété, de l’efficacité et des ressources renouvelables, tout en accompagnant les transformations et mutations nécessaires, y compris sur le plan social et économique », conclut l’association.

Source : négaWatt

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Les derniers articles

Abonnez-nous au blog !

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.