Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Transports collectifs en site propre : 1 800 km d’ici 15 ans

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Tramway à Clermont Ferrand

Les transports collectifs en site propre (TCSP) doivent passer de 329 km actuellement à 1 800 km dans les 15 prochaines années. L’État s’engage donc à multiplier par 5 le réseau actuel dans les agglomérations des régions, hors Ile de France.

Dans ce but, l’État cofinancera de nouveaux projets à hauteur de 2,5 milliards d’euros : les ministres du MEEDDEM et des Transports viennent donc de lancer un deuxième appel d’offres auprès des collectivités territoriales. Celles-ci doivent rendre leur copie en octobre 2010. Les projets les plus pertinents seront sélectionnés et la liste des projets retenus sera annoncée en décembre. Ces projets doivent répondre à des critères environnementaux et sociaux : intégration au réseau existant, desserte des grands équipements (hôpitaux, gare…), désenclavement des quartiers, qualité de service. Les travaux devront être engagés entre 2011 et 2013. Les ministres concernés déclarent dans le communiqué de presse :

Ce plan ambitieux du Grenelle Environnement va permettre de développer les services de métros, de tramways et de bus à haut niveau de service dans les régions. Son objectif est triple : réduire les émissions de gaz à effet de serre, lutter contre la congestion routière en zone urbaine, offrir aux citoyens des conditions de transport public de qualité.

Le premier appel à projet, en octobre 2008, a sélectionné 52 projets concernant 37 agglomérations, afin de développer leurs réseaux de tramways, bus ou métros. L’État s’engageait alors à cofinancer à hauteur de 810 millions d’euros. Il devait permettre l’ajout de 365 km de lignes de TCSP. Certains travaux ont commencé en 2009, tous doivent être engagés avant fin 2011.

L’Union des Transports Publics et Ferroviaires (UTP) chiffre quant à elle entre 16 et 18 milliards le coût de ces opérations. Le cofinancement de l’État concernerait donc environ 15 % du coût des travaux dans le meilleur des cas.

Sources : MEEDDEM, Actu Environnement

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.