Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

UFC Que Choisir : « 71 % des Français se font enfumer par le diesel ! »

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

L’Inspection Générale des Finances (IFG) doit remettre prochainement un rapport sur les prix et les marges dans la distribution des carburants au gouvernement. Dans ce contexte, l’UFC Que Choisir publie un sondage exclusif sur les critères de choix des véhicules diesel des Français et souligne « le profond décalage entre la perception des consommateurs et la réalité économique » et appelle le gouvernement à harmoniser sans délai la fiscalisation des carburants.

Pour 65 % des sondés, le carburant représente le premier critère de choix lors de l’achat d’un véhicule, et « le diesel est considéré comme offrant un avantage tarifaire indéniable par rapport à l’essence, puisque 84 % des sondés le citent dans les 3 principaux critères qui fondent leur choix. » Or, cela ne correspond pas à la réalité économique, car, précise l’association, « plus cher à l’achat mais aussi à entretenir et à assurer, le diesel, pour être rentabilisé, implique un usage intensif du véhicule, soit en général au moins 20 000 km par an. » Or, dans 71 % des cas, le kilométrage moyen des sondés roulant au diesel est inférieur, voire largement, à ce seuil : il ne s’agit donc pas d’un choix rationnel. L’organisme donne un exemple clair : « pour la Peugeot 208 diesel, le temps nécessaire pour rentabiliser est de presque 11 ans. Or si on supprime l’avantage fiscal diesel, la rentabilité du diesel dépasse les 20 ans. »enquete diesel que choisir

Une problématique à laquelle s’ajoute « l’impact environnemental et sanitaire relativement plus négatif de ce type de carburant » qui ne justifie pas l’avantage fiscal historique de cette motorisation. L’UFC Que Choisir demande donc au gouvernement d’intervenir « pour renforcer l’information des Français quant aux coûts d’entretien et d’assurance des véhicules diesel qui jouent un rôle déterminant dans la rentabilité des véhicules, en particulier pour les petites citadines et les berlines moyennes. »

L’automobile représente le deuxième poste budgétaire d’un ménage français. Pour le faire baisser, l’association de consommateurs préconise plusieurs mesures :

  • Qu’une information normalisée sur le coût kilométrique moyen pour chaque véhicule soit diffusée (publicité, achat) afin que les consommateurs puissent correctement et facilement estimer le coût global de la voiture lors de l’achat ;
  • La suppression progressive du différentiel de taxation entre le diesel et l’essence afin de ne plus donner un avantage artificiel au véhicule diesel ;
  • De suivre l’avis de l’Autorité de Concurrence qui se prononce pour la libéralisation du marché des pièces de carrosserie et pour un renforcement de la concurrence sur le marché de l’entretien.

Source : UFC Que Choisir

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.