Blog d’Eco CO2 

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

UFC Que Choisir : « le désastreux impact » de Linky

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Voilà un moment que nous n’avions pas repris notre feuilleton Linky : c’est chose faite avec la publication d’une étude de l’UFC Que Choisir, titrée Electricité : les consommateurs abonnés aux mauvais coûts, qui pointe « le désastreux impact de ce compteur sur les factures d’électricité » et ses coûts cachés, car il va imposer un changement d’abonnement – payant – à beaucoup de consommateurs. Les chiffres avancés ont cependant fait l’objet d’une contestation de la part d’ERDF.

linkyL’UFC Que Choisir souligne une réalité, jusqu’à présent pas prise en compte dans les coûts de Linky : 55 % des Français (15,1 millions de ménages, soit 34 millions de personnes) ne disposent pas d’une puissance d’abonnement « cohérente avec leur consommation, » malgré l’obligation de conseil en la matière des fournisseurs envers les consommateurs.

18 % des ménages font partie des « sur-abonnés » : ils paient un abonnement trop élevé et donc inutile au regard de leur consommation, une surfacturation qui représente quand même 35 millions d’euros par an. Mais 37 % des clients, les « sous-abonnés, » paient une puissance d’abonnement inférieure à la puissance réellement appelée, en raison d’une grande tolérance des anciens compteurs en matière de dépassement de puissance.

Ces « sous-abonnés » vont grandement souffrir de l’arrivée de Linky, particulièrement sensible aux dépassements : au final, précise l’association « le seul changement d’abonnement  entrainera pour ces consommateurs un surcoût annuel de 308 millions d’euros. » Mais ce surcoût ne touchera pas que les sous-abonnés, souligne l’étude :

C’est l’ensemble des ménages mal-facturés qui va devoir payer pour changer d’abonnement, une opération facturée 36,21€ TTC par ERDF. Si rien n’est fait, les sous-abonnés risquent ainsi de payer 366 millions d’euros… pour un abonnement plus cher ! Pire, même les sur-abonnés – ceux qui paient trop cher depuis des années – vont souffrir de l’arrivée de Linky : pour bénéficier de la baisse de leur abonnement, et économiser 35 millions d’euros par an, ils devront s’acquitter de la somme de 179 millions d’euros au titre du changement de puissance… et auront ainsi 5 ans à attendre avant de commencer à bénéficier des économies d’abonnement.

Ce coût méconnu devrait donc atteindre au total : 366 millions pour les sous-abonnés, auxquels s’ajoutent les 179 millions des sur-abonnés, c’est à dire 545 millions d’euros, un coût « faramineux » selon l’UFC Que Choisir pour un compteur prétendument gratuit ! Estimant que les consommateurs ne doivent pas être « financièrement sanctionnés en raison du conseil défaillant des fournisseurs dans le choix de l’abonnement » ,  l’association de consommateurs demande donc aux pouvoirs publics et à la Commission de Régulation de l’Energie (CRE) :

  • D’élaborer une nouvelle grille tarifaire, avec des niveaux de puissance d’abonnement plus précis, afin que les consommateurs puissent bénéficier d’un abonnement en parfaite adéquation avec leur consommation réelle ;
  • D’imposer la gratuité de la prestation de changement de puissance deux ans après l’installation du compteur Linky, afin d’assurer un « réétalonnage » sans surcoût des abonnements.

Il faut cependant noter qu’ERDF, à l’origine de Linky, a vigoureusement contesté les calculs de l’UFC Que Choisir, auprès de l’AFP, en soulignant qu’alors que les calculs de l’association se fonde sur 201 panélistes, l’expérimentation à grande échelle, menée auprès de 300.000 foyers à Lyon et en Indre-et-Loire, a montré des cas de changements de puissance très inférieurs. Ainsi, Marc Boillot, directeur de la stratégie et des grands projets d’ERDF, a déclaré à l’AFP : « Au total, nous avons observé moins de 1% (0,88% exactement) de demandes de changement de puissance effectuées suite à la pose de Linky. » Il juge par ailleurs légitime que le changement de compteur soit l’occasion d’adapter l’abonnement à la puissance du disjoncteur, lorsque les deux ne correspondent pas, car il s’agit, selon lui, d’une « anomalie contractuelle. »

Sources : UFC Que Choisir, Le Pays (avec l’AFP)

 

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Dans la même catégorie

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.