Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Un avis de l’ADEME sur les offres d’électricité verte

Toutes les offres d’électricité verte ne se valent pas. A l’instar de Greenpeace, qui, il y a peu, classait les fournisseurs, l’ADEME publie un avis sur la question et classe les propositions en offres « standard », ne s’appuyant que sur des Garanties d’Origine (GO) et en offres « premium », véritables soutiens aux producteurs d’énergie renouvelable.

Offres d'éléctrcité verte

Une demande d’électricité verte en progression

La demande d’électricité verte a plus que doublé en 4 ans et atteint maintenant 5 % de la consommation totale en France. Pour autant, cela n’a jusqu’à présent guère contribué au développement de nouvelles installations d’énergie renouvelable dans le pays, constate l’Agence. Le système des Garanties d’Origine, tel qu’il fonctionne actuellement, ne donne pas les résultats escomptés.

En effet, le consommateur qui souscrit à une offre d’électricité verte n’a pas la garantie que le fournisseur achète de l’électricité produite par des installations d’énergie renouvelable, mais seulement qu’il achète des certificats appelés Garanties d’Origine, émis par des producteurs d’énergie renouvelable français ou européens. Ce dispositif ne contribue donc pas au développement de nouvelles installations.

Si la part d’énergie renouvelable (hors hydroélectricité) a fortement progressé dans le mix énergétique ces dernières années (de 0,7 % en 2005 à 7,6 %en 2017), cette progression repose sur la politique de l’État, délivrant un soutien financier direct aux producteurs (appels d’offres, tarifs d’achat…).

Offres « standard » et offres « premium »

L’ADEME fait le tri dans les offres d’électricité verte et les répartit en deux classes : les offres « standard » et les offres « premium ». Et les premières sont de loin les plus courantes. Pour les offres « standard’, les fournisseurs achètent séparément l’électricité sur le marché, quelle qu’en soit l’origine, et les GO, seule obligation. Celles-ci proviennent généralement d’installations hydrauliques européennes déjà amorties.

En revanche, quelques fournisseurs proposent des offres impliquant l’achat conjoint de l’électricité et des GO auprès du même producteur d’énergie renouvelable. C’est ce que l’ADEME appelle les offres « premium », qui proposent de meilleures conditions de rémunération aux producteurs et contribuent ainsi à la pérennisation des installations.

Et là, seuls quatre fournisseurs répondent à ces critères : Enercoop, Ilek, Energie d’Ici (offres réservées à trois départements) et EkWateur (uniquement l’offre « petits producteurs indépendants »). « Dans un futur assez proche, avec la baisse des prix des renouvelables (Photovoltaïque et éolien notamment), ces fournisseurs achetant directement auprès de producteurs EnR pourraient commander, pour répondre à la demande croissante de leurs clients, la réalisation de nouvelles installations EnR qu’ils financeraient intégralement, sans mécanisme de soutien public. Ainsi, ces offres pourront contribuer directement au développement de nouvelles installations renouvelables« , précise l’ADEME.

Les recommandations de l’ADEME

L’Agence formule d’abord des recommandations aux pouvoirs publics : améliorer la transparence de ces différentes typologies d’offres d’électricité verte, en définissant notamment un référentiel permettant de distinguer ces deux sortes d’offres ; renforcer les contraintes temporelles d’utilisation des GO afin d’augmenter le niveau de qualité des offres vertes, en imposant que toute offre verte repose sur l’achat d’électricité verte auprès d’un producteur d’énergie renouvelable.

Pour le consommateur, l’Agence considère que le choix d’une offre d’électricité verte constitue un premier niveau d’engagement et envoie un signal au marché de la fourniture d’électricité. Mais il ne faut pas « survendre » cet engagement et le consommateur doit privilégier la souscription d’une offre « premium ».

Pour les entreprise et collectivités, l’Agence rappelle que d’autres actions, bien plus structurantes, sont à privilégier : économies d’énergie, démarche ISO50001, investissement dans des moyens de production de chaleur renouvelable, …

Source : ADEME

Cet article a été écrit par : 

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *