Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Un marais filtrant pour l’aéroport d’Orly

Aéroport de Paris (ADP) a inauguré au printemps à Orly un système de « marais filtrant » destiné à compléter le système de filtration des eaux de ruissellement. Conçu par sa filiale Aéroports de Paris Ingénierie, en collaboration avec le bureau d’étude Antéagroup et la Lyonnaise des Eaux, il s’agit d’un système bio-épuratoire particulièrement destiné à traiter les produits hivernaux contenus dans les eaux pluviales de l’aéroport.
air-journal aeroport orly marais filtrant
En effet, les pluies lessivent les pistes et entraînent avec elles les produits utilisés pour les avions, qu’ils soient destinés au dégivrage des appareils ou à lutter contre le verglas sur  les voies de circulation en hiver. Ce système, innovant pour un aéroport, complète le Système de Traitement des Eaux Pluviales (STEP) qui collecte et traite chaque année de 3 à 5 millions de mètres cubes d’eau de ruissellement en permettant de mieux gérer les eaux de pluie chargés de polluants l’hiver.

La création d’un bassin et d’un marais planté de roseaux va désormais permettre par un procédé naturel de dépolluer et de débarrasser l’eau de tous ces produits indispensables au bon fonctionnement de l’aéroport en période de froid. Cela se fera en deux étapes. L’eau de ruissellement est d’abord collectée par le STEP, puis envoyée en hiver dans un nouveau bassin de 13 000 m3 pour un début de traitement : les produits commencent à se dégrader sous l’action de la biomasse (les bactéries et les éléments nutritifs) et de l’aération, pendant 24 à 48 heures selon la charge de polluants de l’eau. Elle est ensuite dirigée vers le marais filtrant (6 500 m2), constitué de roseaux plantés dans du sable et des granulats, les plantes servant à oxygéner le filtre minéral. Elle n’y stagne pas, mais est rejetée dans le milieu naturel, habituellement après un jour si la qualité est satisfaisante, sinon elle suit un second cycle de traitement dans le marais filtrant.

ADP a installé pour cela 12 bassins de 500 m2 chacun, planté 34 000 pieds de roseaux (qui doivent être taillés tous les deux ans  et changés tous les 8 à 10 ans) : une installation unique en Europe, entièrement automatisée et informatisée : des capteurs permettent en effet de réaliser en permanence des mesures à la sortie du marais. Pendant toute une année, le marais filtrant, géré par les techniciens de la Lyonnaise des Eaux, sera en période de réglage.

Source : Air Journal

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.