Blog d’Eco CO2 

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Un nouveau service d’accompagnement pour la rénovation énergétique est lancé

SARELe gouvernement ajoute un service supplémentaire à son éventail d’aides en faveur de la rénovation énergétique des logements. Il s’agit d’un service d’accompagnement pour la rénovation énergétique (SARE), visant à mieux informer les particuliers et les professionnels. Il disposera d’un budget de 200 millions d’euros pour la période 2020-2024.

La rénovation énergétique : une priorité

Les résultats de l’enquête TREMI (Travaux de rénovation énergétique dans les maisons individuels), réalisée en fin d’année dernière, montraient notamment que l’accompagnement des ménages n’était pas à la hauteur des besoins exprimés. Ils pointaient d’autre part des résultats souvent décevants, puisque 25 % seulement permettaient aux logements d’améliorer leur classe de performance énergétique. Or, la rénovation énergétique et la lutte contre les passoires thermiques sont une priorité.

Le service d’accompagnement pour la rénovation énergétique « vise à aider les Français à se repérer et à se faire conseiller, et ainsi savoir quels travaux effectuer pour améliorer leur confort tout en réduisant leurs factures de chauffage ». Il va pour cela mobiliser particulièrement les collectivités territoriales pour informer et accompagner les Français dans les travaux qu’ils envisagent. Il repose en effet sur leur « implication forte » et volontaire, et prioritairement celle des régions.

Les 3 missions du SARE

La première mission du SARE sera de soutenir le déploiement d’un service d’accompagnement des particuliers. Il doit contribuer « aux missions d’information, de conseil et d’accompagnement des ménages, y compris par le développement ou le renforcement d’outils permettant de systématiser l’accompagnement des ménages et de communiquer massivement vers les citoyens ». Il permettra notamment des audits énergétiques avant l’engagement des travaux.

Le SARE doit aussi s’attacher à créer une dynamique territoriale autour de la rénovation énergétique au travers d’actions de sensibilisation et de mobilisation des professionnels et des différents acteurs concernés. Il cofinancera dans ce but ces actions, notamment pour permettre la montée en compétence des professionnels.

Enfin, la troisième mission du SARE consistera à soutenir le déploiement d’un service de conseils aux petits locaux tertiaires privés. Ce service accompagnera donc aussi les propriétaires de commerces, bureaux, restaurants. Ils disposeront donc du même guichet d’information et de conseil de proximité, comme prévu par le plan de rénovation énergétique des bâtiments, adopté en avril 2018.

Un cofinancement par des CEE

Le cofinancement apporté dans le cadre de ce programme (par des certificats d’économie d’énergie) suivra une logique de rémunération à la performance. Il pourra couvrir jusqu’à 50 % des coûts, le reste étant cofinancé par les collectivités territoriales, qui peuvent d’ailleurs adhérer dès maintenant à ce programme.

« Ce nouveau programme a pour objectif de consolider et compléter un service public qui existe déjà : les espaces « FAIRE », pour Faciliter, accompagner et informer pour la rénovation énergétique. Les conseillers FAIRE constituent un réseau de conseil et d’accompagnement des particuliers dans leurs projets de rénovation énergétique de leurs logements. Mais leur action nécessite d’être soutenue et enrichie pour mieux convaincre nos concitoyens d’engager des travaux et accélérer le rythme des rénovations énergétiques », déclare le communiqué du ministère.

Source : Ministère de la Transition écologique et solidaire

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Dans la même catégorie

Abonnez-nous au blog !

Une réponse sur “Un nouveau service d’accompagnement pour la rénovation énergétique est lancé”

  1. Bonjour Claudine
    Ce que vous ne dites pas dans cet article c’est que derrière ce beau plan de communication,
    – c’est un arrêt du financement direct des EIE (Espaces Infos Energie) par l’Ademe
    – et un basculement de subventions publiques en aides privées via le mécanisme des CEE.
    L’important est que cela devrait permettre de maintenir des experts en place dans les territoires. Mais en aucun cas ce sont de nouveaux moyens et une nouvelle ambition ;-(
    Pierre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.