Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Un supercalculateur refroidi à l’eau

Nous l’avons évoqué dans un article du 31 mars, les centres de données consomment beaucoup, et même beaucoup trop d’énergie. Ainsi, pour chaque kWh utilisé par le serveur, s’ajoute 1kWh employé pour le refroidir. Les chercheurs réfléchissent donc à des solutions permettant d’économiser l’énergie et d’émettre moins de CO2. Nous avions vu les efforts déployés dans ce sens par Microsoft, Google et d’autres. IBM présente à son tour une nouvelle solution.

calculateur aquasar refroidi à l'eau

C’est effectivement dans cet esprit d’économie d’énergie que les chercheurs d’IBM Research Center ont mis au point un supercalculateur, l’Aquasar, et l’ont co-développé avec l’Institut Fédéral de Technologie (ETH)  de Zürich où il est installé. Etudié dans le souci d’optimiser la consommation électrique et le refroidissement des infrastructures, le système utilise l’eau chaude pour se refroidir. Ceci entraînerait une diminution de 40 % de la consommation d’électricité par rapport à un refroidissement par air, et une réduction d’environ 85 % des émissions de gaz à effet de serre.

Chacune des lames est équipée d’un refroidisseur  liquide à haute performance qui relie chaque processeur. L’eau à 60° provient des circuits de chauffage de l’ETH et ressort à 65° après avoir refroidi les processeurs. Elle est ensuite envoyée dans un échangeur de chaleur où sa température s’abaisse de 5° avant d’être de nouveau réinjectée dans le serveur. La chaleur récupérée par cette opération est utilisée pour participer au chauffage des bâtiments du campus universitaire.

Source : Data Center

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.