Blog d’Eco CO2

Vous donner les clés pour comprendre et agir pour la transition énergétique

Un train à énergie solaire ?

Un train express régional (TER) expérimental, équipé de panneaux photovoltaïques, vient d’être présenté par la SNCF au centre de maintenance de Saintes (Charentes-Maritimes).

TER

Directeur TER à la SNCF, Claude Solard, présent à cette manifestation, a toutefois précisé :

Cela permet d’avoir une autonomie énergétique sur tout ce qui est éclairage et ambiance lumineuse et aussi de recharger les batteries pendant les arrêts, apportant une autonomie nouvelle qui évitera un certain nombre de pannes qu’on pouvait trouver dans le passé. (…) Le solaire ne va pas permettre d’apporter toute l’électricité nécessaire, il faudra toujours un complément pour faire fonctionner la traction du train.

Propulsé au diesel, ce train va faire l’objet d’une expérimentation de 3 ans dans la région Poitou-Charentes. Selon la société Disatech, concepteur des panneaux photovoltaïques fixés au toit du TER, celui-ci devrait y gagner en confort et en sécurité, notamment en permettant à une rame en panne sur les voies de conserver l’éclairage et la ventilation. Le responsable de l’activité photovoltaïque de la société estime à environ 10 à 15 tonnes de CO2 par an, pour une rame de 6 voitures, la réduction des rejets provenant de cette amélioration technologique.

Eclairé par des diodes peu gourmandes en énergie (les spots halogènes de 20 W ont été remplacés par des spots LED de 3 W), ce TER est aussi équipé de films sur les vitres pour en améliorer l’isolation.

Il n’en reste pas moins que ce train est propulsé, nous l’avons dit, au diesel, et qu’une propulsion électrique serait de toute façon plus « propre ». S’il est vrai que l’éclairage et la ventilation ajoutent à la consommation énergétique d’un train, l’essentiel, et de loin, est cependant constitué par la traction. Ne vaudrait-il pas mieux alors envisager d’investir dans l’infrastructure et l’électrification des lignes pour réduire de manière nettement plus sensible les émissions de CO2 dues aux transports ferroviaires ? Certains, après calcul, avancent que le solaire n’apporte que le millième de l’énergie nécessaire à ce train. Quand verrons-nous des trains réellement propulsés à l’énergie solaire ?

Sources : Le Monde, Le Figaro

Cet article a été écrit par : 

Claudine d'EcoCO2

Claudine est notre écrivaine historique. Elle écrit pour Eco CO2 depuis 2010 et vous apporte toute l'actualité de la transition écologique.

Abonnez-nous au blog !

Les derniers articles

Articles similaires

Abonnez-nous au blog !

2 réponses sur “Un train à énergie solaire ?”

  1. L’Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement – 2iE en bref

    Lors de nos études sur les blogs, nous avons eu à consulter le votre qui nous semble très intéressant, riche et bénéfique pour nos différents domaines d’interventions et nous souhaitons si vous le voulez-bien vous envoyer des blogs nous concernant, des newsletters,…échangé avec vous.

    A cet effet, si vous êtes intéressez par notre proposition, nous vous prions de nous envoyer votre mail afin que nous puissions vous envoyer toutes ces données et en recevoir régulièrement les vôtres.

    HISTORIQUE DE NOTRE INSTITUT

    L’institut international d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement est un établissement bilingue de formation de haut niveau et centre de recherche international, spécialisé dans les domaines de l’Eau, de l’Energie, de l’Environnement et du Génie Civil. qui a acquis au cours de ces dernières années une reconnaissance internationale lui permettant d’accueillir des étudiants de plus de 30 pays d’Afrique et du reste du monde et des enseignants-chercheurs de 17 pays.

    Le 2iE a pour vocation de former des ressources humaines compétentes, focalisées sur l’innovation et l’esprit d’entreprise (Bachelor/Master/Doctorat) et destinées à soutenir le développement du Continent africain dans ses diversités de genres, linguistiques et culturelles, dans une stratégie de complémentarité et de subsidiarité avec les institutions d’enseignement supérieur de formation et de recherche d’Afrique et du reste du monde.

    La qualité de ses diplômes (bachelor, licence professionnelle, master, doctorat) a été consacrée par l’accréditation de la Commission des Titres de l’Ingénieur (CTI) en 2009 Cette accréditation lui confère également le label EUR-ACE qui reconnait ses diplômes au niveau européen. D’autre part, le 2iE est membre associé de la Conférence des Grandes Ecoles (CGE) et membre de Campus France. Le 2iE est également un pôle d’excellence de l’UEMOA, de la CEDEAO et du NEPAD.

    Tout en espérant vous compter parmi nos contacts, nous vous remercions de l’attention que vous voudrez bien porter à l’examen de notre proposition et restons à votre entière disposition pour toute information complémentaire qu’il vous conviendra de nous demander.

  2. – Ne vaudrait-il pas mieux alors envisager d’investir dans l’infrastructure et l’électrification des lignes?

    L’électrification revient à au moins 1 millions d’euros par kilomètre selon RFF (Réseau ferré de France)

    Par exemple, la dernière réalisation de RFF l’électrification des 105 kilomètres de voies entre Rennes et Saint-Malo- a nécessité 130 M EUR.
    http://www.batiweb.com/actualites/electrification_le_president_de_rff_souhaite_moins_de_rigidite_financiere_5495.html

    – Quand verrons-nous des trains réellement propulsés à l’énergie solaire ?

    Un train a une puissance qui va de 500 kw (800 ch) pour les petits trains régionaux à 6500 kw (8500ch) pour un TGV.

    Un panneau photovoltaique de 1 m2 produit 0,15kw (avec un rendement de 15%) pour un prix autour de 600 euros.

    Il faudrait, en tenant compte des pertes, 4000 m2 pour produire 500 kw et 50 000 m2 pour produire 6500 kw.

    Sachant d’un train a une largueur inférieure à 2,8 m, il faudrait un train de 1,5 à 17 kilomètres de long pour un prix de 2,4 à 30 millions d’euros.

    Avec des panneaux photovoltaiques à 30%, la longueur serait divisée par 2 mais ce serait encore plus cher.

    Tout cela est impossible.

    Par exemple, le TER X 73500 avec une puissance de 514 kW, mesure 30 m de long. Au maximum, on pourrait placer dessus 90 m2 de panneaux photovoltaiques mais surement pas 2000 ou 4000 m2.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.